Le badminton calédonien au top à Fidji !

À 28 ans, Carl N’Guela vient de remporter un tournoi international de badminton à Fidji, une discipline pas toujours reconnue en Nouvelle-Calédonie alors qu’elle cartonne en métropole auprès des jeunes. Rencontre…


Carl N’Guela, vous revenez d’un voyage à Fidji qui s’est, a priori, plutôt bien passé, vous pouvez nous raconter ?

« Alors oui, je suis parti à Fidji pendant une semaine pour participer à un tournoi international de Badminton, le Korean Ambassador Fidji Open Challenge, je me suis inscrit en « simple homme » dans la catégorie A, la plus haute catégorie, en « double Homme » et en « double mixte » également. Je suis parti avec un autre Calédonien, Ryan Nagle, mon Partenaire de double sur le territoire, âgé de 23 ans.

Les résultats sur place ont-ils été à la hauteur de vos espérances ?

Les résultats sont plutôt positifs, je finis premier en « simple Homme », en finale contre un Fidjien très talentueux qui bénéficie de beaucoup d’entraînement en Océanie, surtout en Nouvelle-Zélande et en Australie. Et en « double Homme », on perd malheureusement en finale en 3 sets, et en « double mixte » je finis troisième.

C’est une première pour vous, ces résultats ?

Oui, c’est une première, j’ai fait une bonne quinzaine de tournois internationaux, généralement on ne dépasse pas forcément le premier tour ou alors on arrive difficilement au deuxième tour, mais jamais beaucoup plus loin.

Le Badminton n’est pas vraiment médiatisé, c’est dur de le pratiquer à haut niveau ici ?

En Nouvelle-Calédonie, c’est très compliqué, nous sommes une ligue qui compte à peu près 600 adhérents, pour, on va dire en gros, une centaine de compétiteurs. Ce n’est pas médiatisé, ce n’est pas reconnu, les gens le voient comme un sport de plage alors que ce n’est pas du tout le cas ! C’est le premier sport pratiqué en métropole en UNSS ! La Fédération française compte 200 000 licenciés aujourd’hui, avec des Français dans le top 30 mondial. C’est un sport qui est très physique, très tonique, qui mérite d’être beaucoup plus médiatisé.

 Comment vous faites pour vous payer les billets d’avion pour participer au tournoi ?

C’est sur nos fonds propres. La Ligue nous aide généralement à hauteur de 20 000 francs pour un déplacement. On ne peut en abuser non plus toute l’année. Le coût est de toute façon trop important pour que nous partions à plusieurs reprises. Pour ce déplacement-là, mon club m’a également aidé.

La prochaine étape pour vous, c’est quoi ?

C’est de voir si je peux réintégrer l’équipe calédonienne parce que l’année prochaine il y a les Océania de Badminton en Australie, et il y a également la possibilité en 2021 de faire les mini-jeux du Pacifique.

Qu’est-ce que l’on peut vous souhaiter d’ici là ?

Que je sois repris dans l’équipe calédonienne, et que je puisse aller le plus loin possible, et que pour un tournoi en équipe aux Océania et aux mini-jeux, qu’on puisse ramener la médaille d’or…

Reactions

0
1
0
0
0
0
Already reacted for this post.