Pour l’amour de l’art

Chaque année, la province Sud accorde une bourse pour les étudiants qui souhaitent poursuivre une formation artistique supérieure hors de Nouvelle-Calédonie. Tazar a rencontré quatre étudiants. Portrait.


enzo-webJamais trop geek !

Enzo Sounou, 19 ans – ISART – Paris

Titulaire d’un bac S l’année dernière, Enzo entame à la rentrée métropolitaine un cursus dans une école spécialisée dans le jeu vidéo et l’animation 3D : ISART Digital, l’une des meilleures écoles dans cette branche. Issu de la  génération « digital native », il baigne dans l’ère du numérique et d’internet depuis sa tendre enfance. A l’aise avec ces outils de communication numérique, Enzo avoue sans complexe « Je suis un vrai geek ! ». Il a eu son premier ordinateur à l’âge de 3 ans et commencé à jouer aux jeux vidéo bien avant même de savoir lire et compter. Précoce, il a créé son premier programme informatique, à l’âge de 5 ans. Avant sa sélection pour rentrer à l’ISART digital, école du jeu vidéo et de l’animation 3D, Enzo créait lui-même des petits jeux qu’il testait sur ses amis. Leur accueil positif l’a conforté dans son choix d’études. « Mon objectif plus tard serait de créer mes propres jeux vidéos. »

 

andy-webUn nouveau regard sur la photo

Andy Bonhomme, 20 ans – EFET – Paris

Adolescent, Andy aime photographier des paysages mais aussi ses proches, ce passe-temps grandit jusqu’à devenir une véritable passion. Après un bac littéraire obtenu en 2013, en dépit de son amour pour la photo, il se lance dans un cursus de droit à l’Université de la Nouvelle-Calédonie. Ce choix se voulait rationnel et raisonnable mais au bout de quelques mois, il réalise que cette discipline ne lui convient pas du tout. « Je ne me voyais pas continuer dans cette voie. Cela ne correspond pas à ce que je suis et à mon état d’esprit. J’ai réalisé que je voulais être photographe professionnel mais les écoles réputées dans ce domaine sont coûteuses.» La Bourse d’Enseignement Artistique va lui permettre de réaliser son rêve, Andy rentre en 2014 à l’Ecole supérieure de la photographie EFET (École Supérieure de la Photographie) à Paris. Il a réussi sa première année avec brio. Ce photographe plein d’avenir souhaite se spécialiser dans la photo d’architecture et revenir travailler sur le Caillou, une fois ses études achevées. Lucide du marché calédonien, Andy ne se ferme pas à toute opportunité qui s’offrira à lui : je saurais m’adapter au marché et à ce qu’on me proposera. »

 

claire-ludovice-web L’art numérique un métier d’avenir

Claire 18 ans (ArtFx) et Ludovic Abraham 21 ans (SUPINFOCOM)

Il existe des familles de médecins, d’avocats, d’artistes, cependant, les ressemblances familiales ne se limite qu’aux traits physiques mais aussi parfois au choix du métier. C’est le cas de cette fratrie : Claire et Ludovic Abraham qui ont tous deux choisi de se spécialiser dans l’art numérique. C’est l’ainé qui a ouvert la voie en se destinant à l’animation. Il est rentré en 2013 à SUPINFOCOM à Valenciennes dans le Nord Pas-de-Calais. Tous les deux sont passionnés de dessins. Ils ont de qui tenir avec une mère architecte, qui plus tard a aussi ouvert un magasin de Modélistes au Faubourg Blanchot. Ce qui n’a fait que développer leur créativité et leur sens artistique. Ludovic souhaite allier ses deux passions : le dessin et le cinéma, et plus particulièrement, les films d’animation. Il entame sa troisième année à SUPINFOCOM, il lui reste encore deux ans avant de devenir réalisateur numérique. Son ambition est de pouvoir créer un studio de création numérique en Nouvelle-Calédonie.

Quant à sa sœur Claire, récemment bachelière, elle a décidé de poursuivre dans l’art numérique mais avec une spécialisation qui lui tient à cœur : les effets spéciaux. Elle intègre l’ArtFx (école des effets spéciaux, de l’animation 3D et du jeu vidéo), à Montpellier, à la rentrée de septembre. Claire s’épanouie dans les arts visuels. Elle a plusieurs cordes à son arc car elle est autant à l’aise avec le modélisme, la sculpture ou la peinture. A terme, Claire souhaite pouvoir participer à la création d’un studio de création numérique en Nouvelle-Calédonie.

Infos en chiffres

2008 : création de la Bourse d’Enseignement Artistique (BEA)
22 : bénéficiaires depuis la création
Chaque année la province Sud octroie entre 7 et 8 BEA

Pour plus de renseignement sur la bourse d’enseignement artistique

Consulter les aides de la province Sud dans le domaine de la Culture