[Zoom métier] Gendarme Adjoint Volontaire (GAV), partie 2

Quel métier choisir ? On s’est déjà tous posé cette question ! Et si certains savent depuis toujours ce qu’ils veulent faire, pour d’autres c’est le flou artistique. Pour t’aider dans un choix de métier ou de réorientation, Tazar te propose des fiches métiers dans les secteurs d’activités porteurs en Nouvelle-Calédonie. Partons aujourd’hui à la découverte du métier de Gendarme adjoint volontaire (GAV), avec Sabrina !


Chargé de seconder les gendarmes sous-officiers, le ou la gendarme adjoint volontaire (GAV) souscrit un contrat initial de 2 ans, renouvelable une fois pour 3 ans. Une très bonne opportunité pour une première expérience professionnelle, et un tremplin pour une future carrière. Les GAV se divisent en deux « branches » : les Agents de police judiciaire adjoints (APJA), à qui est consacrée la 1ère partie de cette fiche, et les Emplois particuliers (EP), à qui on s’intéresse cette semaine !

Selon la demande et ta formation professionnelle, tu peux accéder à des postes à compétences spécifiques dans des domaines très variés :

– entretien casernement (électricien, horticulteur, maçon, menuisier, plombier…) ;

– mécanique et maintenance (mécanicien, carrossier, électricien, tourneur-fraiseur…) ;

– transport et magasinage (conducteur VL/PL, magasinier…) ;

– restauration (cuisinier, serveur…) ;

– employé de bureau (secrétaire, juriste assistant, …) ;

– télécommunications et informatique (électronicien, informaticien…) ;

– agent d’accueil et de sécurité ;

– divers (imprimeur, aide moniteur EPS, archiviste assistant, coiffeur, linguiste assistant…).

Quelles compétences sont requises ?

– Le sens du devoir,

– la rigueur et la discipline,

– la disponibilité,

– le respect des règles et de la hiérarchie,

Les conditions :

– Être de nationalité française ;

– avoir au moins 17 ans et au plus 26 ans à la date de dépôt de la demande ;

– être apte physiquement ;

– avoir effectué la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) ;

– posséder au minimum un bac pour les postes d’employé de bureau et télécommunications

informatique, un CAP ou une expérience professionnelle pour les autres.

Les épreuves de sélection, sur une demi-journée, comportent :

– Un test psychotechnique ;

– Une lettre de motivation à rédiger sur place.

Tu peux t’inscrire sur www.lagendarmerierecrute.fr. Tu seras ensuite convoqué par le référent recrutement à une session d’information et d’entretien de recrutement.

Formation en école

Si tu passes le test, une formation en école de 13 semaines, rémunérée, est prévue. Elle peut être effectuée dans une école de gendarmerie en Métropole, ou bien en Nouvelle-Calédonie.

Rémunération (à titre indicatif, net pour un célibataire, sans enfant)

– 179 000 francs environ en sortie d’école.

– Hébergement gratuit, allocation d’alimentation.

A la fin du contrat, si le GAV ne poursuit pas sa carrière dans la gendarmerie, un dispositif d’aide au retour à la vie civile est prévu.

Plus d’informations

Centre de recrutement concours et sélection de Nouméa

16 rue Frédéric Surleau – BP R3

98851 NOUMEA CEDEX

29.51.14

L’avis d’une pro

Sabrina Buffin, caserne de Normandie, 26 ans

 « J’étais en recherche d’emploi depuis un an et demi. A la DEFE dans le bureau de ma conseillère, j’ai repéré cette affiche avec un gendarme qui tendait la main : je me suis dit pourquoi pas ! Quand j’ai rencontré la personne en charge du recrutement ici, elle était intéressée par mon BTS ‘Assistant de gestion PME-PMI’ et ma licence pro : ils cherchaient justement une secrétaire.

J’ai donc été affectée il y a deux ans au bureau des soutiens et des finances, où j’occupe le poste de secrétaire renfort. J’aide dans les démarches administratives, pour tout le personnel (une soixantaine) sur notre site. Je m’occupe plutôt des ressources humaines.

Je suis fière de porter l’uniforme. Ça implique de faire attention à l’image qu’on véhicule. Le respect de la hiérarchie et du cérémonial est important.

En interne j’ai vu comment procédaient les militaires et j’étais en contact avec eux, ce qui m’a donné envie de tenter le concours de sous-officier en externe. J’ai passé les écrits, le sport, puis l’oral, et j’ai été retenue. Je vais changer de statut : jusqu’à présent j’étais en administratif, et je vais partir sur de l’opérationnel, avec le grade de sous-officier.

Je pense qu’il faut être un minimum sportif : personnellement je fais beaucoup de randonnée, et ça m’a été utile pour la formation. Il faut être curieux, se renseigner, ne pas hésiter à aller rencontrer les collègues qui sont au recrutement ! »