Tony, scout toujours !

Vivre au contact de la nature, s’épanouir par le jeu, se faire des amis sur qui compter et apprendre à devenir autonome, c’est la promesse du scoutisme. Tony Neouwe en est convaincu. A l’âge de 13 ans, il participe à son premier camp scout. Aujourd’hui, âgé de 21 ans, il n’a toujours pas décroché ! Pour Tony, les scouts sont une famille !


Tony se souvient avec nostalgie de l’époque où il était Eclaireur*. « C’est la meilleure époque ! On apprend, on s’amuse, on se fait des amis. On avait rien d’autre à penser. » Aujourd’hui, c’est différent, à 21 ans, il est passé de l’autre côté du miroir, c’est-à-dire Chef de camp. Et Tony prend son rôle très à cœur même s’il se considère davantage comme un « grand frère ».

Hélas, ses obligations professionnelles ne lui permettent pas de participer à des camps aussi souvent qu’il le souhaiterait. Depuis plus d’un an, il vit à Houaïlou, où il est chauffeur d’engin sur mine. Un métier qu’il exerce par vocation. « Toute ma famille travaille dans le secteur minier et j’ai toujours voulu faire ça ! » précise-t-il.

Mais dès qu’il a quelques jours de libre, Tony ne manque pas de les passer avec ses amis en camp scout, tout en donnant un coup de main Michel Reverce, le directeur des Scouts laïcs de Nouvelle-Calédonie. Son aide est précieuse car non seulement il est titulaire du Bafa mais aussi du brevet surveillant de baignade et du PSC1 (brevet de premiers secours). C’est donc avec joie qu’il retrouve en janvier, la vie d’un camp scout à la Rivière des Pirogues.

L’apprentissage du vivre-ensemble

Le scoutisme lui a tout appris ou presque ! « J’étais du genre timide, je suis devenu plus sociable, j’ose aller vers les autres. » Tony a acquis des valeurs essentielles : le respect de soi, de l’autre et de l’environnement, la solidarité, la tolérance, la responsabilité et l’autonomie. « On rencontre des personnes de tous milieux et de toutes ethnies. La vie en communauté n’est possible que si l’on est ouvert et qu’on respecte l’autre dans ce qu’il est. »

Et bien sûr ce qui lui plaît, c’est être en contact avec la nature. Se mettre au vert pour se centrer sur ce qui importe vraiment. Car il faut avoir un peu le goût de l’aventure pour être scout. « On apprend à se débrouiller dans la nature : faire du feu, monter un campement avec des branches. Mais ce que je préfère, ce sont les activités entre patrouilles** et bien sûr les veillées ! »

Tony assure que le scoutisme a développé en lui l’envie de servir autrui et l’esprit d’initiative.  « Je me suis fait des amis ; on se voit même en dehors des camps scouts. L’ambiance chez les scouts est unique ! C’est la raison pour laquelle, ça me manque terriblement quand je ne peux pas participer à un camp. Plus que des amis, c’est comme la famille ! »

*Les scouts laïques de Nouvelle-Calédonie sont répartis par tranche d’âge : Louveteaux (8 à 11 ans), Eclaireurs (11 à 15 ans) et Pionniers (15 à 18 ans).

** Une patrouille, est une équipe de scouts composée soit de 8 filles ou garçons, qui vivent ensemble pendant le temps du camp scout. Ils organisent la vie au quotidien. Chacun a un rôle qu’il doit tenir durant tout le temps du camp et doit prouver qu’il est digne de la confiance que lui accordent ses camarades.