Nathan Doom détruit tous les records !

Déjà champion du monde de planche à voile en moins de 17 ans, le Calédonien Nathan Doom surprend par sa polyvalence de styles et de compétences. Avec ou sans foil, dans sa catégorie ou surclassé, ce jeune majeur fait partie de l’avenir de la discipline et tentera de s’imposer au CAN parmi les meilleurs mondiaux lors de cette dernière étape de la coupe du monde…


Nathan Doom, 18 ans, tu as déjà un sacré palmarès, non ? Quel est-il ?

Lors de ma première compétition, j’ai terminé vice-champion de Nouvelle-Zélande, après j’ai fini 1er au championnat d’Australie de slalom dans la catégorie moins de 21 ans, ensuite j’ai fini 8e au championnat de France, puis champion du monde en moins de 17 ans, c’est mon plus gros titre. Puis 5e en championnat du monde en slalom, cette fois-ci en moins de 21 ans, plusieurs fois champion de Nouvelle-Calédonie dans plusieurs disciplines en foil, avec les adultes et dans ma catégorie.

On peut te considérer comme l’avenir de la planche à voile en Nouvelle-Calédonie ?

Oui et non. Je ne suis pas le seul, il y a du monde. Il y a Basile Jacquin, Damien Cervera, Benoît Cervera et des jeunes qui vont peut-être monter, donc non, je ne suis pas tout seul !

Ce sont des potes tous ces jeunes dont tu parles ?

Oui, oui, tout ça, ce ne sont que des amis, ouais !

Le Centre d’activités nautiques de la province Sud, c’est un lieu que vous fréquentez depuis longtemps ?

Oui, j’ai commencé, petit, à faire du dériveur au Centre d’activités nautiques. Au début, je trouvais ça complètement débile les sports nautiques, puis c’est grâce à ma mère que je me suis mis à la planche à voile. On allait souvent à Poé et j’en avais marre de rester sur la plage à ne rien faire alors je lui ai demandé si je pouvais faire de la planche, c’est ce que j’ai fait…

Le fait d’avoir autant de stars internationales réunies ici, ça fait quelque chose ?

Franchement, la première fois que les champions sont venus, ça m’a fait quelque chose. Maintenant, on les côtoie souvent, on discute ensemble, donc ça ne fait plus grand-chose…

Et te dire qu’ils utilisent le même plan d’eau que là où tu as grandi, c’est quand même exceptionnel non ?

Bin oui, ils s’aperçoivent que le plan d’eau n’est pas facile. C’est un plan d’eau qui est très technique, le clapot est un champ de bataille ici !

Tu as quand même un avantage dans la compétition alors ?

Oui, mais les pros ont beaucoup d’expérience, ils savent s’adapter à tous les plans d’eau, c’est leur métier !

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour cette compétition ?

Que du bonheur ! »

Reactions

0
1
0
0
0
0
Already reacted for this post.