Noémie sculpte les rêves

Son métier consiste à donner forme à l’imagination et aux souhaits des autres. Un défi qui pousse Noémie Tiaou à déployer des trésors d’ingéniosité et de savoir-faire pour réaliser des sculptures en bois, unique de toute beauté.


Sa première sculpture, Noémie s’en souvient comme si c’était hier. « J’avais 8 ans. C’était une petite case, que j’ai vendue à mon instituteur ! » dit-elle fièrement. Cinquième d’une fratrie de 10 enfants, elle est tombée dans l’artisanat d’art depuis toute petite. Dans la famille Tiaou, tout le monde sculpte. « C’est mon père sculpteur sur bois de métier qui nous a initiés un à un. Il ne nous a jamais forcé mais quand t’es petit, le fait de voir ton père donner forme à des bouts de bois, cela donne forcément envie de l’imiter! »

Les petites cases que les touristes ramènent dans leurs valises en souvenir de la Calédonie sont les premiers objets qu’elle a fabriqués. « On s’entraîne sur ce modèle car il est simple pour apprendre à manier le ciseau et le burin, » explique-t-elle.

Mais la famille a le goût du voyage. Après avoir habité à Ouvéa et à Poindimié, elle s’expatrie en Corse d’où est originaire la maman, puis à Tahiti, Fidji et enfin retour à Nouméa… Sans lâcher la sculpture sur bois.

Des années de pratique

A seulement 25 ans, Noémie a déjà plus de 17 années de pratique dans la sculpture. Sa fierté ? « J’ai une pièce qui se trouve au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Elle symbolise la protection du lagon. C’est un nautile avec une vague. » La mer est son thème de prédilection. Raie, dauphin, coquillage ou encore baleine n’ont plus de secret pour elle !

A l’écoute de ses clients, la jeune sculptrice essaie toujours de réaliser leurs souhaits et leur faire plaisir. « Mon défi, c’est de donner forme à ce qu’ils ont imaginé. Ce n’est pas toujours évident mais la satisfaction, c’est quand ils me disent : c’est exactement comme je le voyais dans ma tête ! C’est pour moi un vrai moteur et une source d’inspiration parce que cela me permet de faire des choses que je n’ai encore jamais faite. »

Depuis quelques années, Noémie aime partager sa passion en donnant des cours d’initiation aussi bien aux adultes qu’aux jeunes. Cette année, elle a obtenu l’agrément de la province Sud pour intervenir dans des établissements scolaires. « Ce qui me plaît c’est de faire découvrir aux jeunes ce qu’est la sculpture sur bois et leur transmettre un savoir-faire.» Artisan d’art accompli, elle rêve de pièce qu’elle n’a pas encore réalisée, notamment « un bonhomme entier » comme elle dit.