La compagnie Pyramid nous entraîne Sur le fil

Pas le temps de se remettre du jet lag ! À peine arrivés sur le Caillou, les membres de la compagnie hip-hop Pyramid sont déjà en selle jeudi après-midi au Rex pour un masterclass avec des danseurs calédoniens. Venus présenter leur dernière création Sur le fil, Pyramid promet au public calédonien un spectacle plein de poésie et d’acrobaties, mêlant hip-hop, mime, art clownesque et burlesque… Entre deux pas de danse, Youssef Bel Baraka, le fondateur du collectif, a eu la gentillesse de répondre à nos questions. 


Tazar : Comment votre aventure a-t-elle démarré ? 

Youssef Bel Baraka : À la base nous sommes des amis d’enfance passionnés de sport. Jamel Feraouche, l’autre membre fondateur et moi-même faisions de la boxe française, tandis que le reste de l’équipe pratiquait le football. On était très éloignés de l’univers artistique. Un jour, on a vu un petit spectacle de rue dans la ville où on habite Rochefort et là, on a pris une claque ! Un véritable coup de foudre. À partir de là, on a essayé d’apprendre par nous-mêmes en essayant de reproduire les figures qu’on voyait dans les clips. Mais le vrai déclencheur, ce fut la pièce chorégraphique de Kader Attou « Acro Rap mêlant hip-hop, acrobaties, musique lyrique où là, on s’est : c’est ça qu’on veut faire ! 

Notre particularité, c’est de mélanger le hip-hop avec du burlesque à la Buster Keaton ou encore de James Thiérrée qui est pour nous une source d’inspiration, mais aussi l’univers des films muets.

 

Tazar : Peux-tu nous présenter votre création « Sur le fil » ?

Y.B : En juin prochain, nous fêtons les 20 ans de la compagnie et on s’est posé la question : qu’est-ce qu’on a fait pendant tout ce temps ? Quels sont les thèmes que nous avons abordés ? Il s’avère qu’en résumé notre histoire est faite que de rencontres que cela soit des danseurs, des artistes, mais aussi des rencontres personnelles. À partir de là, nous avons dérivé sur nos histoires personnelles. Plusieurs d’entre nous avons accompagné nos parents dans les hôpitaux. Dans les salles d’attente, nous avons fait des rencontres improbables qui se sont révélées magiques ! Sur le fil, car cela raconte ces moments où on est dans l’attente de quelque chose, une réponse positive ou négative où la vie peut bousculer. C’est un sujet sérieux, mais que nous abordons avec beaucoup de dérision et d’humour. Sur le fil, c’est aussi la somme de nos histoires personnelles. 

Tazar : Vous allez présenter votre spectacle les 15, 16 et 17 novembre au Théâtre de l’Île. Qu’attendez-vous de la rencontre avec le public calédonien ?

Y.B : On vient d’arriver et on a l’impression de rêver ! Le fait venir à l’autre bout du monde, c’est énorme ! Au-delà du voyage ce qui nous touche, ce sont les rencontres et le fait d’échanger avec d’autres cultures, c’est magique ! Ce qu’on attend, c’est d’être emportés par votre culture. Je pense que ça va être une belle rencontre avec le public calédonien et un super beau moment.

Masterclass au Rex

Reactions

0
1
0
0
0
0
Already reacted for this post.