L’espoir du judo calédonien

Perrick Idmont est un espoir du judo calédonien. A 18 ans, il a déjà 14 ans de pratique derrière lui. Le judoka espère aller aussi loin que possible dans cette discipline.


Plus qu’un sport de combat, le judo est un principe de vie avec un code d’honneur et de moral qui sont : la politesse, le courage, la sincérité, l’honneur, la modestie, le respect, le contrôle de soi et l’amitié. Judo signifie en japonais « voie de la souplesse ou principe de l’adaptation ». C’est pour calmer son hyperactivité que les parents de Perrick l’inscrivent à l’âge de quatre ans au cours de judo. Il ne s’est jamais arrêté depuis. « Je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi j’aime cet art martial mais je n’ai pas envie de m’arrêter ou de faire un autre sport. J’ai besoin de me dépenser et le judo m’aide à  canaliser mon énergie. » Pourtant, plus jeune il a essayé le Taekwondo mais n’a pas vraiment accroché.

perrick-idmont-6

En 2014, Perrick Idmont a été classé 1er cadet et 3e junior à l’open international d’Auckland. Il est champion de Nouvelle-Calédonie dans la catégorie des moins de 60 kg. En 2015, il affiche à son palmarès la troisième place en junior et la troisième place également par équipe en senior aux Océanias à Païta. En tant que jeune espoir sportif, il est soutenu par la province Sud.

Le judoka s’entraîne trois fois par semaine à la ligue de judo au stade Numa Daly. Lycéen en terminal S à Blaise Pascal, il continue assidûment ses entraînements, à une semaine du bac, malgré une douleur au dos. C’est une nécessité pour ce sportif de se défouler régulièrement sur le tatami.

perrick-idmont-7

« Mon point fort, c’est l’agilité»

Perrick Idmont est ceinture noire depuis novembre 2014 mais conscient du chemin qu’il lui reste à parcourir, le judoka ne compte pas en rester là. « Mon point fort je dirais que c’est l’agilité. En revanche, je dois travailler la vitesse. » L’année dernière grâce à un stage de 15 jours au Japon, il a pu se mesurer amicalement avec des sportifs du pays du Soleil Levant. Cela lui a fait prendre conscience que ces derniers possèdent une supériorité tant technique que physique. Après le bac, si tout se passe bien, Perrick souhaite intégrer le Pôle judo France à Marseille ou Orléans tout en s’inscrivant en licence d’anglais. Il compte aller aussi loin que possible dans cet art martial : « Pour l’heure, je voudrais continuer de faire de la compétition le plus longtemps possible. »

perrick-idmont-5-5
Perrick Idmont et son entraîneur Gérald Chadfeau

perrick-idmont-2

Reactions

0
0
0
0
0
0
Already reacted for this post.