« On ne peut pas parler de l’avenir sans associer la jeunesse ! »

ePOP, c’est un projet qui connecte la parole des anciens aux interrogations des jeunes, sur les effets du réchauffement climatique dans nos îles du Pacifique. Medjo fait partie de ceux qui ont rejoint l’aventure, et ça l’a menée jusqu’en Allemagne pour présenter son travail !


A 26 ans, Medjo, détentrice d’un Master 2 en droit international à l’Université Paris-Saclay, a trouvé évident de s’impliquer dans un projet qui associe des acteurs scientifiques (IRD), médiatiques (RFI, Planète Radio) et la population. « Je pense très sincèrement qu’ePOP, ça va devenir viral, lance la jeune femme à l’énergie communicative. C’est un projet participatif et citoyen, et à partir du moment où les citoyens se mobilisent, ils font pression sur les politiques. C’est une bonne façon de faire en sorte que la prise de décision soit à la hauteur des dangers que le réchauffement climatique représente pour la population… A la fois pour son existence, mais aussi pour la sauvegarde des cultures et des identités. »

Sa première expérience de terrain dans le cadre d’un camp ePOP, Medjo l’a connue en septembre dernier à Bourail. Avec sept autres ePOPers (parmi lesquels Ernesto), elle est partie filmer des anciens, grands connaisseurs de la Nature qui constatent des mutations au fil des saisons : sécheresse, comportements animaux, érosion des plages, blanchissement des coraux…

COP 23 : direction l’Allemagne !

Puis, en novembre dernier, Medjo a été conviée à participer à la COP 23, c’est-à-dire la 23ème conférence de l’ONU consacrée au climat. Cet événement international était organisé en Allemagne à Bonn, mais Fidji en était symboliquement le pays hôte, façon de rappeler que derrière les enjeux environnementaux ce sont des cultures entières qui sont menacées par la montée des eaux ou les catastrophes climatiques.

L’étudiante originaire de Lifou a fait le voyage accompagnée de deux collègues ePOPers du Pacifique (Koroi, de Fidji, et Telstar, du Vanuatu). Elle en retient les échanges avec un public passionné par le projet. «  C’était génial qu’autant de jeunes prennent la parole et parlent à cœur ouvert. On a pris les micros pour présenter le projet, montrer nos vidéos, s’exprimer sur nos inquiétudes mais aussi celles des personnes qu’on avait interviewées. On a fait passer un message : on ne peut pas parler de l’avenir sans associer la jeunesse à ces réflexions ! »

Pourquoi tu ne rejoindrais pas l’aventure ePOP ? Si tu as une caméra ou même un smartphone, et que tu as envie de relever le défi, plus d’informations :

https://epop.network/

https://www.facebook.com/ePopNetwork

contact@epop.network