Etre jeune à… Yaté : Bruno souhaite vivre et s’épanouir à la tribu de Waho !

Bruno Koroma est originaire de la tribu de Waho, à Yaté, où il a grandi et passé la plus grande partie de sa vie. Il souhaiterait rester dans ce coin de paradis où la vie s’écoule avec douceur et simplicité. Mais pas toujours évident de concilier vie tribale et recherche d’emploi. Parce que le travail fait défaut, le jeune homme envisage de quitter la tribu.


A Yaté, la plupart des jeunes quittent la commune après le collège, pour suivre leur scolarité au lycée ou dans une formation professionnelle. C’était aussi le cas de Bruno Koroma qui vit à la tribu de Waho. Passionné par la mécanique, il a commencé une première année de CAP mécanique au collège de Champagnat à Païta. Mais pas évident de s’adapter. Il a finalement abandonné pour se lancer dans le monde du travail.

Mais les offres d’emploi ne pleuvent pas dans la commune.  Bruno enchaîne les petits contrats, à Goro ou Nouméa. « Beaucoup de jeunes quittent Yaté pour trouver du travail. Jusqu’à présent, je suis resté à la tribu, ce m’a permis d’être polyvalent. Je peux aussi bien travailler dans la maçonnerie que la mécanique, un peu de tout », explique-t-il.

En fin d’année dernière, la MIJ lui propose un contrat de chantier d’insertion pour la construction d’un bloc sanitaire à Waho. Il a sauté sur l’aubaine !  « Heureusement qu’il y a la MIJ pour nous accompagner ! » s’exclame-t-il. Ce chantier de trois mois lui a permis de perfectionner ses connaissances et son expérience dans la construction. « On a tout fait de A à Z ! » annonce-t-il fièrement.

Mais Bruno rêve d’ouvrir un garage pour s’adonner à son activité favorite : la mécanique. « Ce n’est qu’un rêve pour le moment, mais j’aimerais beaucoup avoir un jour mon propre garage à Yaté. »

Bruno Koroma reçoit son certificat de stage pour le chantier d’insertion auquel il a participé.