[QHH] Junior Crew coaché par des pointures de la danse !

Voici un avant-goût de la Quinzaine du Hip Hop ! Junior Crew, le groupe de danse hip-hop de la compagnie Moebius, prépare actuellement son nouveau spectacle intitulé Transmission. Tazar a rencontré les danseurs au centre culturel de Dumbéa où ils répètent avec l’un des meilleurs chorégraphes métropolitains de danse urbaine, Kader Attou.


L’année dernière, les Junior Crew nous avaient éblouis avec le spectacle Humanité, présenté à la Quinzaine du Hip Hop. Ils nous réservent cette année une belle surprise, avec une nouvelle création, Transmission, composée de deux pièces : The Roots et Run.

Pour les diriger, Quentin Rouiller, directeur artistique de la compagnie Moebius, a fait appel à deux chorégraphes métropolitains de renom : Kader Attou, fondateur de la compagnie Accrorap, et Brahim Bouchelaghem, de la compagnie Zahrbat.

Cette nouvelle création est une fusion entre le savoir-faire de ces pionniers de l’art scénique urbain et la nouvelle vague océanienne de danseurs hip-hop, sélectionnés lors de la formation en décembre dernier au Centre Culturel Tjibaou.

Le maître de la mise en scène !

Kader Attou

Pas le temps de se remettre du jetlag, à peine descendu de l’avion, Kader est déjà à pied d’œuvre ! Dans la salle du centre culturel de Dumbéa, les 8 danseurs du Junior Crew, travaillent sur la pièce de Kader créée en 2013: The Roots. « A l’origine, ce spectacle dure 1h30 et explore toutes les facettes de la danse hip-hop. Nous l’avons réduit à une demi-heure. » The Roots traduit « le rêve éveillé d’un homme. Une vision sensuelle et poétique du corps dans l’espace. »

Il y a une semaine, Booba, l’un des danseurs de la compagnie Accrorap est venu sur le territoire pour transmettre aux danseurs l’écriture chorégraphique de The Roots. La venue de Kader marque une seconde étape dans le processus de création avec pour objectif : la finalisation de l’interprétation et du jeu de scène. «  Je ne leur demande pas d’être de simples exécutants. Ce qui m’intéresse, c’est que chaque danseur exprime sa propre personnalité à travers l’interprétation. » Sous son regard expérimenté, les membres du Junior Crew s’appliquent à suivre les conseils du chorégraphe : «  Si vous voulez que les gens soient transportés, il faut que vous leur racontiez une histoire ! »

Un enrichissement mutuel

Une rencontre qui a l’air de matcher : « Je suis surpris par l’investissement des danseurs. Mais aussi par leur écoute et leur capacité à répondre à ce qu’on leur demande ! » reconnaît Kader. Un enrichissement réciproque : « J’apprends à sortir de ma zone de confort, confie Abel, l’un des danseurs. C’est toujours intéressant de travailler avec des chorégraphes différents. J’ai hâte aussi de rencontrer Brahim Bouchelaghem ! »

Clancy, l’une des deux filles du crew, partage cet avis : « Je suis la dernière arrivée dans le crew et j’ai moins d’expérience que les garçons. La difficulté pour moi, c’est la mémorisation, mais je suis contente de pouvoir travailler avec Kader qui nous pousse vraiment à nous dépasser ! »