Le « nesting » ou l’art de buller

Souvent mal vu, le fait de ne rien faire est pourtant bon pour la santé ! Ce sont les scientifiques qui l’affirment. Ce moment de répit où notre cerveau est en mode pilotage automatique est vital à son bon fonctionnement. Le nesting ou la joie de buller chez soi, n’a jamais été aussi tendance.  Alors keep cool et enjoy de rester à la mez’ !


Contrairement aux idées reçues « l’oisiveté n’est pas la mère de tous les vices », au contraire, cela nous fait du bien !

On a tous vécu ce moment de solitude où à la question: « Et toi, t’as fait quoi ce week-end ? » On répond innocemment : « Rien de spécial ». Dans une société où avoir une idée à la seconde est vu comme un indicateur de performance, où être actif jusqu’à la boulimie est considéré comme positif. Avouer qu’on n’a rien fait du week-end, revient à anéantir ses chances de paraître « cool » aux yeux des autres.

Mais ça, c’était avant ! Alors que tout va plus vite, avoir du temps pour soi est un luxe. Et les scientifiques sont formels : le fait de ne rien faire est un moment propice pour que notre cerveau emmagasine et trie toutes les informations qu’il reçoit. De plus, cela permet à nos cellules et organes de se régénérer.

Chill 8000

Vous adorez ne rien faire et vos proches ne le comprennent pas ? On vous a trouvé une excuse pour chiller 8000, sans complexe. On se relaxe devant « Plus de temps, moins de stress » : http://pluzz.francetv.fr/videos/plus_de_temps_moins_de_stress.html.

Publiée par francetv slash sur Lundi 5 décembre 2016

Déconnecte-toi !

Les écrans numériques occupent non seulement le temps d’études, de formation et de travail mais aussi de loisirs. On dégaine son smartphone pour ne pas perdre une miette de ce que font nos amis sur les réseaux sociaux ou encore pour consulter nos mails et jouer. Et si pour une fois, on éteignait notre portable, et ne faisait rien ? « Quand on ne fait rien, une activité cérébrale se met en place, c’est le mode par défaut, explique Francis Eustache, neuropsychologue au CHU de Caen. Un moment où l’on voyage dans nos pensées. Sans mode par défaut, impossible de construire notre mémoire. (…) Cela permet à notre cerveau de faire la synthèse entre des infos anciennes et celles qui sont plus récentes. »

©coryenne

Ne rien faire… ou presque !

Tata virées nocturnes et autres sorties qui nous font sentir encore plus fatigué dès le lundi ! Rester chez soi et ne rien faire, c’est tendance. Et cela porte même un nom : le nesting qui signifie « faire son nid ». Cela consiste à rester chez soi et à se créer un environnement douillet et agréable. A ne pas confondre avec le cocooning qui renvoie davantage à l’image du cocon où l’on est plus tourné vers soi. Alors que le nesting invite au partage et à l’ouverture à l’autre.

Ne rien faire ne signifie pas nécessairement passer sa journée au lit. Il s’agit plutôt de se ressourcer avec des activités simples. Cela inclut les passions personnelles. C’est, par exemple, s’occuper du rangement, de la décoration, du jardinage, c’est regarder un film, lire un bon livre, écouter de la musique, cuisiner. C’est apprécier les plaisirs simples de la vie et passer du temps en famille ou entre amis. Ces moments de douceur contribuent à notre bien-être physique et moral. L’été est idéal pour le nesting  car c’est le moment où on peut lâcher prise et s’octroyer une pause bien méritée !