A Saint-Louis, Victorin s’active pour son avenir professionnel

A 32 ans, Victorin est l’aîné des onze stagiaires actuellement impliqués dans le débroussaillage et l’entretien des environs de la tribu de Saint-Louis. Ce chantier d’insertion, commencé en février et mené jusqu’en décembre, est le fruit de la collaboration entre la MIJ, l’association ACTIVE, et différentes associations de la tribu. Victorin nous raconte son parcours.


« J’ai arrêté l’école en 3ème. Je voulais travailler et chercher des petits contrats pour subvenir aux besoins de la maison. Je travaillais dans le secteur du BTP. J’étais peintre en bâtiment, j’ai notamment participé à la construction du Médipôle, en formation-emploi. J’ai travaillé presqu’un an dessus et à la fin mon contrat n’a pas été renouvelé. En 2017, je pointais à la recherche d’emploi, mais sans trouver d’offre.

C’est à ce moment que j’ai entendu parler du chantier d’insertion. J’avais déjà cherché à travailler dans l’entretien des espaces verts quand j’avais 16-17 ans…

On a une formation alternée depuis le début en février : deux semaines sur le terrain et deux semaines avec une conseillère pour travailler sur notre projet. On apprend des choses dont on n’était pas au courant, qu’on ne nous avait pas bien expliqué : à propos des papiers à fournir ou des adresses et bureaux à aller visiter. On parle des codes vestimentaires, du fait d’arriver à l’heure le matin…

J’aimerais avoir un boulot stable, arrêter de faire toujours quatre mois par-ci, cinq mois par-là ! Personnellement je préfère travailler pour une entreprise qu’à mon compte.

A côté du chantier j’ai beaucoup de petits projets. J’ai passé le code au mois de mars et je suis en train de suivre mes cours de conduite à Boulari. Et puis je voudrais agrandir ma maison. J’ai déjà la chambre et la véranda, il me reste à faire la cuisine et le bloc sanitaire.

Dans le groupe on se connaît tous. Il y a une bonne cohésion entre garçons et filles. On avance tous ensemble sur le terrain, on s’entraide, quand les uns finissent plus tôt le débroussaillage de leur parcelle ils vont aider les autres.

Si on peut réussir, ça donnera du courage aux petits jeunes : ‘Le tonton a démarré de rien, mais il a pu trouver un travail !‘ C’est l’objectif, de commencer en bas de l’échelle pour monter petit à petit ! »