[Prends la parole] Mission accomplie pour les 16 ambassadeurs !

C’est la fin d’une aventure mais le début d’une autre pour nos ambassadeurs de « Prends la parole » ! Pendant six mois, ils ont sillonné les communes et tribus de la province Sud pour recueillir la parole des jeunes. C’est avec fierté et satisfaction qu’ils regardent le chemin parcouru et leur évolution. Good job !


Engagés dans le cadre du service civique parce qu’ils cherchaient du travail, une orientation professionnelle ou attendaient simplement de poursuivre des études, ils n’avaient pas imaginé à quel point cette expérience allaient les changer pour toujours. Et pourtant c’est le cas. Au bout de six mois, les 16 ambassadeurs de la parole des jeunes ont plus confiance en eux, s’expriment avec aisance et ont des projets plein la tête !

« Au nom de la province Sud, je voulais vous remercier pour le travail que vous avez accompli, s’est exprimé Dominique Molé, vice-président de la province Sud. Ce travail est important pour nous mais surtout cela vous a permis de mettre les pieds à l’étrier et de construire vos projets personnels. »

Leur tâche n’a pourtant pas été facile, rappelle Joane Paidi, chargée de mission jeunesse : « Vous avez organisé des rencontres-débats pour libérer la parole des jeunes sur des thématiques identifiées grâce au travail des premiers ambassadeurs l’année dernière. Vous êtes sortis de votre zone de confort car cette mission exige de s’exprimer en public, ce qui n’est pas facile. Vous avez pris des initiatives que vous n’auriez sans doute pas prises autrement. »

45 rencontres-débats et 257 jeunes impactés dans toutes les communes de la province sud.

Le service civique ouvert à tous les jeunes !

Quant aux jeunes, ils ont exprimé à quel point cet engagement leur a apporté sur le plan humain et personnel. « Aujourd’hui, on arrive mieux à s’exprimer et communiquer avec les autres, on est monté en compétence et on a pu créer notre propre réseau de contacts » précise Aude. Les différentes formations et le suivi par la MIJ dans le cadre de leur projet professionnel ont aussi été des plus dans le cadre du service civique. « C’est une mission importante que de recueillir la parole des jeunes car ils ont des choses à dire et de plus cela les valorise, » souligne Océane.

 

Une super expérience !

Alexia Tuufui, 20 ans, ambassadrice de Païta

« Je me suis surpassée ! »

« Je n’avais aucune expérience professionnelle après mon bac professionnel. Le service civique m’a permis de gagner en compétence : l’autonomie, l’aisance à parler devant les autres et le sens relationnel. Je me suis découverte grâce à cette mission et je peux dire que je me suis surpassée ! Il y a eu des moments de découragement mais je me suis accrochée car si je me suis engagée, c’est pour aller jusqu’au bout. Suite à cette expérience, j’ai envie de monter un projet d’association pour les jeunes. Je voudrais les aider à trouver du travail en créant des partenariats avec des entreprises et des organismes de formation par exemple. »

Pierre Hmaen, 21 ans, ambassadeur de Nouméa

« Cela m’a amené à m’ouvrir et à m’intéresser davantage aux jeunes »

« Au début, ce n’était pas évident d’aller vers les autres pour parler de sujet que je ne maîtrisais pas. C’était intimidant de s’exprimer devant un public. Joane nous a beaucoup aidés et motivés. Et puis, il y a aussi les formations qui nous ont donné des outils pour mener les rencontres débats. Cela m’a amené à m’ouvrir et à m’intéresser davantage aux jeunes. Ce que m’a apporté le service civique ? Me permettre de réaliser que je souhaite passer le concours pour rentrer dans la police. »

 

Rahera Pihatarioe, 20 ans, ambassadrice de Thio

« Je n’avais jamais pris la parole en public »

« C’est une belle expérience et de belles rencontres ! Je n’avais jamais pris la parole en public. Je me souviens qu’un jour je suis allée à la tribu Saint-Pierre pour rencontrer les jeunes et personne ne voulait répondre à l’enquête jeunesse sur la tablette. J’étais découragée. Et un jeune a commencé à me parler et a accepté de répondre au questionnaire. Puis tous les autres ont rappliqué et ils ont tous répondu ! Je ne m’y attendais pas. J’ai pris conscience que j’ai envie de poursuivre des études en alternance et pour déterminer mon projet professionnel, je vais suivre prochainement un stage en entreprise dans le cadre du plan Safir à la MIJ. »