[Santé au féminin] L’endométriose, une maladie silencieuse…

Le ventre qui gonfle, la migraine, des douleurs dans le bas ventre et le dos, l’irritabilité… Quand t’es une fille, chaque mois, c’est la même rengaine… Mais pour certaines, ces symptômes peuvent être très violents. Une femme sur dix en âge de procréer est touchée par l’endométriose, une maladie gynécologique qui, si elle n’est pas détectée à temps, peut entraîner l’infertilité !


La vie n’est pas rose quand on a ses « ragnagnas » ! Les garçons, vous ne savez pas la chance que vous avez ! Mais un peu avant la période critique, certaines filles ont parfois : l’humeur changeante, l’irritabilité, l’anxiété, les crises de larmes inexpliquées, la fringale… ces symptômes prémenstruels impactent 9 femmes sur 10 à des degrés divers. Heureusement, ils sont la plupart du temps bénins et n’empêchent pas de vaquer à ses occupations. Malheureusement, il en est autrement de l’endométriose, une maladie gynécologique qui se manifeste par une forte douleur pelvienne.

L’endométriose, qu’est-ce que c’est ?

L’endomètre est la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus et s’évacue pendant la période de règles. On parle d’endométriose lorsque les cellules endométriales se forment à l’extérieur de l’utérus. Le plus souvent sur les ovaires, les trompes de Fallope ou encore les ligaments soutenant l’utérus. Comme le tissu endométrial ne peut pas s’évacuer à l’extérieur lors des saignements menstruels, il peut irriter les organes avoisinants. Cela peut parfois entrainer la formation de kystes qui causent de très fortes douleurs.

Des causes méconnues…

Personne n’est capable d’expliquer pourquoi certaines femmes sont atteintes par l’endométriose. La médecine avance qu’il est possible qu’un mauvais fonctionnement du système immunitaire ou bien que certains facteurs génétiques soient en cause. Pourtant, l’hypothèse la plus souvent admise est qu’il s’agit d’un flux rétrograde. C’est-à-dire que durant les règles, le sang et les couches de l’endomètre sont normalement expulsés vers l’extérieur. Mais, il arrive que le sang contenant des cellules endométriales soit dirigé vers la cavité pelvienne en passant par les trompes de Fallope.

Cette affection touche les femmes n’ayant pas ou peu d’enfant mais souvent avec un passé opératoire, des règles douloureuses et des cycles de moins de 27 jours.

Quels sont les symptômes ?

La plupart du temps : des règles abondantes et douloureuses. Ces douleurs sont localisées au bas-ventre et peuvent irradier le bas du dos. Elles sont parfois difficiles à distinguer des crampes menstruelles. Les personnes affectées par cette maladie ont plus de difficulté à tomber enceinte.

D’autres symptômes peuvent s’ajouter : fatigue, irritabilité, dépression en raison des douleurs chroniques. Mais aussi parfois : des pertes brunâtres prémenstruelles, du sang dans l’urine ou dans les selles durant les règles.

 

Que faire en cas de détection d’endométriose ?

La première chose est d’en parler à un médecin qui peut décider de prescrire des examens afin de poser le diagnostic :  échographie, radio de l’utérus et des trompes ou encore examen radiologique. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, mieux elle est traitée. De plus, cela décroît les risques d’infertilité.

Quels traitements ?

Il n’existe pas de traitement définitif même si l’hormonothérapie et la chirurgie peuvent endiguer l’évolution de la maladie durant plusieurs mois et même plusieurs années.

  • Le traitement hormonal consiste à empêcher l’ovulation, soit des règles pendant une durée définie.
  • Si cela s’avère insuffisant, le médecin peut proposer à la patiente d’entamer des cures de ménopause artificielle plus ou moins longues.
  • Enfin, le traitement chirurgical si les solutions précédentes n’ont pas fonctionné. C’est une décision qui est prise en concertation avec le médecin. Cette opération s’effectue sous célioscopie (à ventre fermé par le nombril notamment) et vise à détruire la totalité des lésions endométriosiques, de façon électrique ou grâce à un laser. Les lésions brûlées vont donc cesser d’être douloureuses, au moins pendant un temps, de par cette destruction localisée.

Besoin de consulter un médecin ?