Le tandem « Bike patrol » en piste !

Gilliane et Kimera, engagées volontaires au service civique, sillonnent sur leurs VTT électriques les pistes cyclables des Boucles de Tina tous les jours de la semaine !  Leur mission ? Faire respecter le règlement intérieur aux vététistes, mais pas que ! Les filles illuminent surtout le parcours des cyclistes avec leur gentillesse en informant et sensibilisant les pratiquants. Cette mission t’intéresse ? Alors lis ce qui suit !


Comment concilier la nécessité de gagner de l’argent avant de poursuivre ses études, et l’envie d’être utile à la collectivité ? Gilliane Kaussuo et Kimera Loueckote ont trouvé ! Elles sont engagées volontaires au sein du service civique ! Lorsque la MIJ leur a proposé d’être « Bike patrol » aux Boucles de Tina, elles n’ont pas hésité.

Mais c’est quoi « Bike patrol » ?  C’est une personne chargée d’informer et de sensibiliser les pratiquants sur les conditions de pratique du vélo en toute sécurité. Si on n’aime pas le grand air et le vélo, mieux vaut passer son chemin ! « Le vélo ? J’en faisais tous les jours quand j’habitais à Ouvéa ! » assure Kimera. Sans être des folles de sport, les filles revendiquent une pratique sportive non négligeable : handball pour Gilliane et cricket pour Kimera. « Il faut un minimum de condition physique  pour être Bike patrol, confirme Florian Gouelle, éducateur sportif à la province Sud. On est sur un vélo tous les jours, même si c’est un vélo électrique ! »

Kimera et Gilliane apprennent à changer une chambre à air avec Philippe, le gardien des Boucles de Tina

 

« Les gens sont surpris de nous voir ! »

Mais ce travail en apparence « masculin » ne fait pas peur à Gilliane et Kimera qui aiment être en extérieur, même quand le thermomètre dépasse les 30°C. « Le matin on arrive à 7h30, on sort notre matériel : vélo, casque, gants, raconte Gilliane. Une fois équipées, on fait un tour des pistes pour s’assurer qu’elles soient praticables. Le soir, on fait un compte rendu à notre chef de la journée. » Kimera ajoute : « On patrouille et on surveille que les vététistes respectent les fermetures des pistes de VTT et qu’ils ne roulent pas en sens inverse. » Informer et sensibiliser les pratiquants reste leur mission principale.

Mais elles doivent également participer à l’entretien et  à l’aménagement de l’espace VTT. «  On aide les entreprises de nettoyage plusieurs fois par semaine, quel que soit la météo ! » précise Gilliane. Des missions que les deux jeunes femmes prennent très au sérieux. « Au début, les gens étaient surpris de nous voir, mais on leur a expliqué ce qu’on faisait et ils sont plutôt bienveillants à notre égard. »

Secours et protection de l’environnement

En cas d’accident, les Bike patrol doivent prévenir les secours et attendre leur arrivée avec la personne blessée. Les filles ont d’ailleurs été formées aux premiers secours dès leur prise de fonction. « Indispensable pour ce poste ! » affirme Florian.

Au-delà de leurs missions en tant que Bike patrol,  Florian souhaite que  Gilliane et Kimera suivent une formation plus spécifique sur les espèces végétales. « Les Boucles de Tina est un site exceptionnel qui comprend des spécimens de forêt sèche bordée par la mangrove. Nous aimerions que les Bike patrol élargissent leur mission à la  sensibilisation de ces espèces. »

Car c’est aussi ça le service civique : la possibilité de vivre de nouvelles expériences et de s’ouvrir à d’autres horizons tout en développant de nouvelles compétences !

 

Si toi aussi, tu souhaites devenir Bike patrol, le prochain recrutement dans le cadre du service civique aura lieu en juin.

Pour toute information, contacte la MIJ au 12, rue de Verdun – Immeuble Gallieni II
Nouméa  – Téléphone: 28 22 77 ou bien Florian Gouelle, éducateur sportif à la province Sud au 72 08 07.

 

Des bike patrol aux boucles de Tina

Des bike patrol aux boucles de Tina ;)Depuis le début de l’année, deux jeunes filles circulent dans les Boucles de Tina. Ce sont des Bike Patrol (pisteurs VTT)! Embauchées en service civique pendant six mois par la province Sud, elles sont chargées d’informer le public sur l’ouverture des pistes, les niveaux de difficulté, l’entretien du parcours, etc. Elles ont été épaulées pendant un mois par deux jeunes garçons en job d’été.

Publié par Province Sud sur jeudi 1 février 2018