Le numérique en fête à la Place des Cocotiers !

Internet, tablette, Smartphone, image 3D, appli… Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) ont envahi notre vie quotidienne. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter ! La Fête du numérique, ce mercredi 26 juillet, a attiré beaucoup de curieux sur la Place des cocotiers. En tant que geek, Tazar ne pouvait pas manquer cet événement. Alors prêt pour un petit tour d’horizon ?


Embarquement immédiat pour le monde du numérique ! La Fête du numérique est  l’occasion de découvrir de façon ludique quelques applications possibles proposées  par les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Rallyes multimédia, jeux interactifs, démonstrations technologiques, atelier de trucage photo, match d’impro… les animations proposées ont rencontré un vif succès auprès des plus jeunes, mais aussi des parents.

Une belle occasion pour les étudiants du DUT Métiers du Multimédia et de l’Internet (MMI) d’être présent ce jour-là pour faire la promotion de leur cursus. « Le DUT MMI s’est ouvert depuis 2016 et n’est pas très connu, souligne Gilles Taladore, le responsable du département. Or, avec le développement des NTIC, on aura de plus en plus besoin de professionnels dans cette branche. »

Atelier de fabrication de lunettes 3D

A vos tablettes partez !

Laureen et Marie

Toute la classe de première année s’est impliquée dans l’organisation de l’événement. Un point d’explication avec Mylène : « Nous animons deux rallyes, le premier sur le thème du Da Vinci Code, consiste à trouver 6 énigmes avec une tablette mise à disposition par la mairie de Nouméa. Ces énigmes sont dissimulées sur la Place des Cocotiers par nos camarades. »  Marie et Laureen renchérissent : « Le deuxième rallye se fait avec son propre  smartphone. L’objectif est de suivre une intrigue sur le thème de l’eau. »

La réalité virtuelle à portée de main !

Un peu plus loin, la foule s’amasse devant l’atelier fabrication de lunettes 3D. « Les lunettes sont faites avec du carton et des verres spéciaux, précise Sarah, une autre étudiante du DUT MMI. C’est un kit à monter soi-même. Ensuite, les gens testent leurs lunettes puis, ils repartent avec. Nous leur donnons une liste d’applications gratuites qu’ils peuvent télécharger pour voir des vidéos en 3D comme les tours de manège, sensations fortes garanties ! Ou bien visiter des lieux culturels, etc. » Trop choc !

Bienvenue dans le monde de la 3D !

Parmi les exposants, Le Fab’Lab propose des impressions 3D. Mais Kesako ? Comme son nom l’indique c’est une impression tridimensionnelle. Certes, on ne trouve pas des imprimantes 3D à chaque coin de rue. Mais, il en existe au moins une dizaine sur le Caillou, selon Fabien Guilard, ingénieur conception qui en possède une. Et à quoi ça sert ? « On peut réaliser soi-même des pièces de réparation diverses, comme des outils, des accessoires et objets du quotidien, des objets de déco », affirme-t-il. Les objets sont « imprimés en 3D », grâce à un matériau composé de plastique et de fibre de maïs, qui se présente sous la forme d’une bobine de fil.

Pour l’ingénieur conception, c’est simple : l’imprimante 3D, c’est l’avenir ! « L’intérêt est qu’on peut produire uniquement ce dont on a besoin, par exemple des pièces de rechange. Plus besoin d’acheter des lots qui ne seront pas utilisés, et donc gaspillés. Finalement, c’est écologique et économique ! »

 

Fabien Guilard et son imprimante 3D.