QHH : « Fantom » de Konexion !

Originaire de Marseille, Fantom, Fabien de son vrai prénom, est originaire de Marseille. Il a commencé le graffiti en 1989 ! Invité par l’association Paf&Kif pour la résidence Konexion 2 qui se tient actuellement à la Maison des arts au centre culturel de Dumbéa, Tazar l’a rencontré !


 Bonjour Fabien raconte-nous comment tu as commencé le graff ?

J’ai commencé à l’âge de 15 ans, j’en ai 43 aujourd’hui. Je suis autodidacte. Avec deux amis Reno et Tower, nous avons fondé TKO crew puis j’ai intégré le 313 crew qui rassemble des artistes de Toulouse et Marseille. J’ai exercé en tant qu’artiste graff jusqu’en 2004. Ensuite je me suis expatrié à Montréal car je voulais voir autre chose et vivre une nouvelle expérience. J’y suis resté quatre ans jusqu’à ce que Reno, me propose de revenir en France pour me former au tatouage. C’était un domaine tout nouveau pour moi alors je me suis dit go ! C’est complètement différent mais cela se rapproche d’une certaine manière du graff par le côté création artistique.

Ton savoir-faire artistique dans le graff te sert-il dans ta pratique du tatouage ?

Complètement ! Je me sers de mes acquis. Les deux disciplines s’entrecroisent et se nourrissent l’une de l’autre. Par exemple, je garde mon style graffiti plutôt orienté vers le surréalisme, dans mes dessins de tatouages, bien sûr en accord ce que souhaitent les clients.

Cela fait 28 ans que tu es dans le graff, quelles évolutions constates-tu ?

Il y a énormément d’évolution à la fois dans les styles et les techniques utilisées… Cela offre des possibilités immenses et favorise l’esprit créatif ! C’est plus facile de nos jours d’avoir des idées grâce à internet, car on peut se documenter facilement et s’inspirer. Le graffiti aujourd’hui est bien plus riche et diversifié que ce qu’il a été lorsque j’ai commencé.

As-tu eu l’opportunité de rencontrer des artistes locaux et que penses-tu de leur travail ?

Je suis arrivé il y a une semaine. C’est la première fois que je viens en Nouvelle-Calédonie. Je connais Kuby depuis qu’il a 13 ans et nous sommes devenus amis. Alors quand il m’a proposé de venir ici pour ce projet, je n’ai pas hésité une seconde. Une opportunité comme celle-ci ne se refuse pas ! Je n’ai pas encore pris la température car c’est tout récent (rire). Ce que j’attends de cet événement, c’est de rencontrer de nouvelles personnes, d’échanger, de partager des expériences et des savoirs-faire mais aussi apprendre des gens d’ici.

 

Konexion 2
Centre culturel de Dumbéa
Rencontre avec le public le vendredi 31 mars à 18h
Renseignement masterclass : 41 23 07.