Adrien On Drums : From L.A to Nouméa [2/2]

On en était là : […! Telle une fourmi, cachet après cachet il se constitue une petite épargne. La grande terre devient trop petite, trop étriquée, pour ses baguettes. C’est aux Etats-Unis d’Amérique qu’il veut poursuivre sa route.]


Coup de foudre avec L.A

L’envie d’Amérique se fait de plus en plus pressante. Adrien part d’abord en  vacances à L.A. C’est un coup de foudre.  Etudier à L.A c’est une chose mais autant ne pas faire les choses à moitié. Adrien passe les auditions pour la Musicians Institute sur Hollywood Boulevard. Evidemment, ce genre de coup de folie se prépare. L’american way of life, se mérite ! Retour à Nouméa, on prend les même et on recommence : concerts, cachets et économies.  Ca y est son compte en banque a atteint le seuil de crédibilité pour caresser l’espoir d’obtenir le (fameux) visa d’étude.  Toujours par souci d’économie, il se rend à l’ambassade américaine la plus prochaine. C’est à Suva, Fiji. Un (long) mois plus tard, tadaam ! HE DID IT* : son passeport est tamponné d’un visa d’étudiant. Problème, ça lui empêche formellement de travailler. On y reviendra plus tard.

Tapis rouge et rêve américain

Nous sommes en 2015, le grand saut vers l’oncle Sam est prévu un 25 décembre. Fêter noël avec les (délicieux) plateaux repas de l’avion, la belle affaire, non ? Le traumatisme est encore palpable. Arrivé sur les hauteurs d’Hollywood, il déchante. La galère et motels  font la paire. Sa vie est digne d’un scénario de « Foudre », il se retrouve en coloc avec un acteur indien. Bollywood part à la conquête d’Hollywood. « Pitobash était assez inspirant pour moi, il me parlait de ses galères à obtenir l’artist visa». Qu’importe, Adrien vit en totale osmose avec la Californie. Point barre.

I need a dollar

Son compte en banque fond a vu d’œil. « J’aurais du dealer avec l’école un job ce qui m’aurait permis d’avoir un work visa ». Adrien informe H24 son crew de sa situation. Deux choix d’offre à lui : rester (et galérer ?) ou retourner au pays. Venir d’une petite Ile du Pacifique à l’assaut des US ? Pas banal comme disent ses profs. Elève brillant, il devient la coqueluche de l’école. Cette fois la situation est grave, il n’est pas en mesure de payer la fin de l’année de la prestigieuse école. Rétropédalage,  il atterrit à Nouméa six mois après son arrivée.

« Ces six mois ont changé ma vie »

Oh malheureux ! Ne lui dis surtout pas que c’est un échec. « Ça a été l’expérience la plus enrichissante de ma (courte) vie, je reste marqué à jamais par la mentalité américaine ». Galvanisé comme jamais, il est (de nouveau) « débordé de tous les côtés ». Il partage son temps avec six bands et enseigne dans deux écoles de musique. L’une à Dumbéa, l’autre au Mont-Dore. Fin observateur, il constate que la mentalité du secteur artistique change : « exit le cliché bohémien », les façons de travailler sont plus pros. Loin d’être un évangéliste, il souhaite tout de même s’adresser à la jeunesse du caillou ;  «  vivre de la musique et de ses rêves en Calédonie, c’est possible ». Pour l’anecdote, un de ses potes va intégrer prochainement  la  Music Institute Hollywood. Coïncidence ? Je ne crois pas. Opération réussie Adrien On Drums.

My life new chapter is about to start! #drumteacher #2017 #passion #music #lit #dope #afmi #musiciansinstitute

A post shared by Adrien On Drums (@adrienondrums) on

Son actu 


  • « Jam night » – Tous les mardis au 3 Brasseurs
  • 1ère partie de Danakil avec Soul Syndicate le Samedi 6 mai à l’Arène du Sud de Païta
  • La suite est à retrouver sur facebook ! Ses concerts : ici

*HE DID IT : Il l’a fait