Quand « Paroles de Thio » se libèrent…

DECOUVERTE. La force émotionnelle et la profondeur de « Paroles de Thio » en font une création artistique originale dont la portée dépasse le cadre du simple divertissement. Ce spectacle mêle théâtre, conte, slam et chant. Il puise sa substance dans des histoires de vie, celles des habitants de Thio d’hier et d’aujourd’hui. Il était une fois « Paroles de Thio »…


C’est dans un pays en devenir où tout reste à construire, une « Terre de parole, terre de partage », que « Paroles de Thio » nous livre un message fort. Tel le titre du roman d’Anna Gavalda « Ensemble, c’est tout », il nous faut apprendre à vivre ensemble et écrire les pages d’une histoire commune. Passé, présent et futur du pays sont intrinsèquement liés et impactent les trajectoires personnelles, parfois douloureuses. C’est à l’occasion de « Tembeu » festival du conte en 2012 que Sylvain Lorgnier, directeur de la compagnie Les Artgonautes du Pacifique, a eu l’idée de ce spectacle.

              « Je me suis pris une claque ! »

Ce projet lui a permis de redécouvrir la commune de Thio et parallèlement, de faire le deuil de son propre passé : « Quand j’ai entrepris ce travail de recherche pour le spectacle, toute mon histoire m’est revenue. Etant moi-même originaire d’une ville minière du Nord de la France, j’ai reconnu des similitudes entre ce qu’ont vécu les habitants de Thio et ce que nous avons vécu dans le Nord-Pas-de-Calais. Je n’étais jamais retourné à Thio depuis la mort d’un ami, presque un frère, en 1995.» Ce travail de documentation l’a amené à rencontrer plus d’une centaine de personnes. « Je me suis pris une claque sur le plan humain et culturel ! C’était très fort l’énergie que j’ai ressenti de la part des gens mais aussi du lieu lui-même. J’ai entendu des paroles de jeunes très puissantes. » Sylvain est littéralement tombé en amour pour la commune. Durant deux ans, accompagné de son acolyte Igor Deseneux, il a rencontré des personnes de 14 à 90 ans. Tissant avec elles des liens de confiance pour délier la parole. Des histoires poignantes, inspirantes qui reflètent le métissage et le multiculturalisme de Thio.  

Maité Siwéné

« La force de la parole est de libérer le poids des non-dits »

Si l’identité des personnes restent anonymes, les témoignages et ressentis sont bels et bien réels et forment la « matière première» autour de laquelle se construit « Paroles de Thio ». L’écriture a été confiée à des conteurs mais aussi aux comédiens, en partant des témoignages recueillis. Le spectacle mis en scène par Nordine Hassani est joué par trois interprètes de talents : Maité Siwéné, Erwan Botrel, Simane Wenethem. « Les comédiens se sont vraiment appropriés les thèmes ! » souligne Sylvain Lorgnier. Cela parle des événements, de la force de l’enracinement mais aussi de la douleur du déracinement, de la souffrance des femmes, du départ forcé de Thio, de la parole des jeunes aux vieux, de la beauté du lieu et de la richesse de la culture…

Sylvain Lorgnier

« Paroles de Thio » s’adresse plus particulièrement aux 16-30 ans, la génération née après les événements. « La force de la parole est de libérer le poids des non-dits. Car beaucoup de jeunes n’ont pas entendu ces histoires de leurs grands-parents, explique Sylvain Lorgnier. Cela s’explique par une pudeur et aussi parce que cela remue des choses. » Plus qu’un spectacle, « Paroles de Thio » est un remède qui nous permet de comprendre pour dépasser le jugement.

Prochaines représentations

  • 27 mai à Canala
  • 3 juin à Koumac
  • 15 juillet à Thio
  • 16 juillet à Moindou
  • 30 septembre à Nouméa (au Château Hagen)