L’agriculture, une filière dans le vent

L’agriculture, ça te tente ? Les métiers de l’agriculture sont souvent méconnus et c’est dommage car ce secteur d’activité offre un choix de professions variées et passionnantes. D’autant que travailler dans l’agriculture, c’est aussi contribuer au développement économique du pays. Au lycée Michel-Rocard à Pouembout, le BTS DARC propose une formation adaptée au contexte de la Calédonie. Explication.


Ouvert en 1992, le lycée de Pouembout a développé durant les premières années de son existence principalement des formations agricoles, avant de s’élargir aux formations générales. Il fait partie des trois établissements secondaires du pays avec le lycée privé Do Neva à Houïalou et le lycée polyvalent au Mont-Dore, à proposer des formations agricoles du niveau CAP au BTS.

« Nos élèves viennent de partout ! » annonce avec fierté madame Marchal, professeur d’agronomie. L’établissement propose un bac professionnel CGEA (Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole) et une poursuite en BTS DARC (Développement Agriculture des Régions Chaudes). Ils sont 15 étudiants par promotion, « un avantage car on peut mieux s’occuper des élèves ! ». La spécificité de ce BTS est qu’il est adapté au tissu économique, écologique et social du pays. « On met l’accent sur le contexte propre à la Calédonie. Les étudiants qui sortent de chez nous, ont un solide bagage en connaissance des spécificités locales, » assure l’enseignante.

Une formation, des choix de métiers

Outre des cours d’économie, de comptabilité et de gestion d’entreprise, les étudiants du BTS DARC, doivent acquérir des connaissances en technique de production végétale et animale mais aussi en transformation agro-alimentaire. De plus, la formation met l’accent sur la démarche de projets et de développement local.

« Le BTS DARC forme à des métiers comme conseiller ou technicien agricole mais aussi assistant de recherche, animateur ou encore responsable d’atelier de production, » informe madame Marchal. Parmi les étudiants, certains ont la chance de pouvoir reprendre l’exploitation familiale et deviennent producteur agricole. Ce qui n’est pas le cas d’Emmelyne Devillers, qui n’est pas issue d’une famille d’agriculteurs. Néanmoins, la jeune fille, originaire de Tomo, rêve d’avoir un jour son propre élevage de moutons.

Alors que la province Sud a annoncé l’année dernière son ambition de « développer l’autosuffisance alimentaire » et encourage les jeunes à se lancer dans cette voie professionnelle, pour l’étudiante, ce n’est pas si évident : « Aujourd’hui, seuls les enfants d’agriculteurs peuvent devenir eux-mêmes agriculteurs. Pour les autres c’est plus difficile, car il faut des moyens techniques, financiers mais aussi une aide pour le foncier. » Heureusement, elle pourra compter sur les nouveaux baux ruraux pour louer éventuellement des terres.

Mais le BTS DARC ne se limite pas aux métiers de terrain, diplôme en poche, beaucoup mettent leurs compétences et leurs savoir-faire au service des collectivités. Et parmi les anciens élèves du lycée de Pouembout : Nicolas Metzdorf, devenu élu provincial en charge de l’agriculture mais aussi président de l’Etablissement de Régulation des Prix Agricoles (ERPA). A ces postes clés au sein d’organes décisionnels de la Nouvelle-Calédonie, il est désormais un fervent défenseur du secteur agricole. Une fierté pour l’établissement qui ne s’en cache pas !

En savoir plus sur le BTS DARC : clique ici