Des jeunes du Pacifique s’engagent contre la malbouffe !

Boire de l’alcool et des sodas, fumer, manger des chips et des bonbons plusieurs fois par jour… Ces mauvaises habitudes commencent à prendre racine chez les jeunes. Et pas seulement chez les Calédoniens, le problème existe dans toutes les îles du Pacifique. C’est pourquoi Kautea, Valentin, Mauna, Sofia et une trentaine d’autres jeunes venus de Fidji, Tahiti ou encore Wallis-et-Futuna se sont rencontrés à Nouméa, pour imaginer des court-métrages de sensibilisation à réaliser chez eux. Tazar est allé à leur rencontre.

Le problème avec la malbouffe, l’alcool, le tabac et le manque d’activité physique, c’est  que leurs conséquences sont souvent graves pour la santé. Aujourd’hui, chez nous comme dans les autres îles du Pacifique, les maladies « non transmissibles » (diabète, obésité, cholestérol…) longtemps considérées comme des « problèmes de vieux », se développent de plus en plus chez les jeunes. Venus de Tonga, des îles Cook, du Vanuatu, de Polynésie, de Nouvelle-Zélande et de Fidji, une trentaine de jeunes ont été sélectionnés par Communauté du Pacifique Sud (CPS) pour venir à Nouméa travailler sur ces problématiques.

Le but de ce voyage ? Créer, avec l’aide d’une société de production, un court-métrage de sensibilisation à diffuser chez eux. Draw my life (petite vidéo qui raconte une histoire avec des dessins et une voix off), clip, documentaire, sketch… ils sont d’ores et déjà en train de travailler dessus !

Kautea, 18 ans, Suva-Fidji

« Avec mon frère nous avons décidé de nous engager pour lutter contre les maladies non transmissibles, parce que leur progression est très inquiétante dans notre pays, surtout chez les jeunes. On est beaucoup moins actifs physiquement qu’il y a 25 ans et notre santé en pâtit ! C’est super d’être ici aujourd’hui parce qu’on peut discuter entre jeunes du Pacifique, voir les similitudes et les différences entre nos pays et s’attaquer au problème à l’échelle de la région. J’espère que notre message va faire réfléchir les jeunes pour protéger leur santé. »

Valentin, 15 ans, Koné – Nouvelle-Calédonie

« On est un groupe de 4 qui voudrions sensibiliser les gens sur le diabète ici en Calédonie. Je connais des gens qui l’ont, donc je me sens directement concerné et ça m’inquiète ! On voudrait faire passer notre message par le biais d’un court-métrage sous forme de dessins avec une voix off qui serait diffusé à la télé, sur les réseaux sociaux… Ces trois jours ont été vraiment choc parce qu’on a rencontré des jeunes de partout, on est un peu sortis de notre village et on a appris plein de choses intéressantes pour protéger notre santé ! »

Mauna, 20 ans, Papeete – Tahiti

« Dans mon pays l’obésité infantile est très répandue, donc avec 4 autres jeunes on a voulu se bouger pour faire quelque chose et trouver des solutions à ce problème. Le souci c’est que les enfants suivent l’exemple des parents, donc notre but est de sensibiliser sur les deux fronts : réveiller les adultes et apprendre aux enfants à préserver leur santé. Ici j’ai compris que c’était une problématique très importante dans le Pacifique, on a le taux de diabète le plus important du monde ! C’est fort de voir qu’on peut se réunir pour réfléchir, s’entraider et trouver des solutions pour chacune des îles. Il est primordial de changer nos habitudes malsaines pour la santé et de trouver des solutions avant que le problème ne s’aggrave. »

Sofia, 22 ans, Vailala – Wallis

« Énormément de membres de ma famille ont le diabète, donc ça me touche vraiment et de près. C’est typique, chez nous à Wallis de manger n’importe quoi à n’importe quel moment ! C’est très intéressant d’être ici parce que comme on est tous d’ethnies différentes, on a des façons de voir les choses différentes sur une problématique qui nous touche tous et on peut échanger ! On voudrait faire un documentaire de 13 minutes parce que chez nous beaucoup de gens regardent la télé en famille et il n’y a qu’une chaîne locale, donc c’est un bon moyen de faire passer l’information. »