[Road-trip] : journal d’une traversée en solitaire

On dit que les voyages forment la jeunesse, Elodie Miralles, 25 ans en est l’exemple concret. Retour sur un parcours atypique, qui l’amène aujourd’hui à la traversée de l’Alaska en solitaire.


Congo, Côte d’Ivoire, Djibouti, Réunion. Elodie n’est même pas majeure qu’elle a déjà vécu dans quelques spots de la planète. A l’orée de  son bac, elle quitte « Djibout’ » pour intégrer une boîte à bac en région parisienne. Déjà très survoltée, quand elle n’est pas au lycée, elle est réserviste dans l’armée. En faire une carrière ? Très peu pour elle : «j’ai envie de choisir ce que je fais et surtout où je le fais ».  Du coup,  le fitness, c’est pas mal aussi.

Profession : globe-trotteuse

Il était inconcevable pour elle de rester une seconde de plus « sédentaire » une fois le BAC en poche. « Que voulais tu faire à cette époque ? », « tout, du moment que je partais à l’étranger ». Elodie postule à tous un tas de job à l’étranger.  C’est prof de fitness pour une célèbre marque d’hôtel qui va mordre le premier  à l’hameçon. D’abord le Portugal, puis la République Dominicaine, elle fait des sauts de puces.  En réalité quand je parle à Elodie, j’ai l’impression de m’adresser à un mixte de Tintin et d’inspecteur gadget, débrouillarde comme tout ! Puis, un jour c’est la Calédonie. Pourquoi ? Je dois dire que je n’ai pas tous les tenants et aboutissants. Anyway. Elle saisit cet appel lointain et ouvre une patente. Liberté et flexibilité.

Qui a dit que les traversées en solitaire étaient réservées qu’aux marins (antisociaux)?

Pas le temps de niaiser. Après une « légère » sédentarisation, elle se remet en selle ; ce sera l’Alaska (itinéraire ci-dessous), et en solitaire s’il vous plait. « Je prends mon billet d’avion pour ne pas être spectatrice » dit-elle. Bon, mais alors ça veut dire quoi ? Et bien on peut rapprocher ça à une solitaire « sans assistance ».  Sa pratique sportive associée à son mental de feu va être son arme essentielle pendant ce voyage aux (faux) airs de retraite spirituelle.  Ce trajet ? « C’est seulement une idée, car je n’ai absolument rien prévu. Je compte dormir chez les habitants et utiliser le plus possible les moyens les plus atypiques que je trouverai sur le moment pour avancer. L’itinéraire se fera en fonction des rencontres et des découvertes ». Tazar a en plus d’avoir énormément d’humour, a aussi le goût du risque. Et en plus de ça, la rédac’ est très curieuse. On va pister de près Elodie durant son trip. On fera un petit photomontage avant/après avec le chemin (de croix)  qu’elle a finalement emprunté. On the road …again.

Pour aller plus loin


Suivre son road trip : ici

Son  parcours prévisionnel : ci-dessous