Wada envoie du Psyka !

Martine Lagneau, 1ère vice-présidente de la province Sud, a remis à Wada (Julien Vendange et Hugo Veillard), le prix d’aide à la création artistique, au Château Hagen, le 5 octobre 2016.

Amener le kaneka  vers de nouveaux horizons, c’est le défi de Wada, un jeune groupe de la scène musicale locale. Ses créations plutôt expérimentales puisent dans les sons traditionnels du Pacifique et de l’électro. La sortie de son premier album prévue courant 2017, promet d’envoyer du lourd ! Découverte.


Wada est un duo composé de Hugo Veillard et Julien Vendange. Ils se sont connus sur les bancs de l’école. Leur passion commune pour la musique les amène en 2014, à fonder leur groupe. Pourquoi Wada ? « C’est dawa à l’envers, nous éclaire Hugo. C’est par rapport à l’expression : on fout le dawa ! » La particularité de Wada est de faire appel aux artistes locaux pour ses compos. « On fait des featuring avec des musiciens avec qui on partage une bonne vibe lors de soirées, explique Julien. S’il y a feeling, on leur demande de passer au studio pour l’enregistrement.» Ingénieur du son de formation, Julien a ouvert un studio d’enregistrement Gadda Studio en 2014. Côté influences musicales, leurs univers diffèrent quelque peu : Julien est un inconditionnel du reggae, tandis qu’Hugo penche vers l’électro. « On est un peu comme le ying et le yang, lance Julien. Moi, j’ai une formation de base en musique. Hugo, lui est plutôt en mode foufou. Il cherche des sons et il voit comment ils s’accordent sans se préoccuper des temps. » Un pari gagnant car ils sont lauréats cette année de l’aide à la création artistique de la province Sud. Ce soutien leur permettra de sortir un premier album de 15 tracks pour 2017.

wada-logo

« Notre style c’est le Psyka »

Le genre musical de Wada est un mélange de reggae, de dub et d’électro. « Nous incorporons des sons organiques. Les bruits de la nature comme le cri du cagou qui est typique en Nouvelle-Calédonie. Mais aussi des instruments traditionnels kanak comme le Bwanjep ainsi que le tchap, la rythmique du pilou» précise Hugo. C’est lors d’une soirée psychédélique, où Julien mixe, qu’ils ont eu l’idée de mélanger le kaneka avec le psychédélique. « On peut résumer en disant que notre style, c’est le psyka ! » Pour le moment, le public n’a pas encore eu l’occasion de découvrir leurs morceaux, à part quelques petits chanceux. « On passe quelques-uns de nos titres dans des soirées privées. La réaction généralement, c’est la surprise ! » Les deux garçons souhaitent amener le kaneka dans le monde de l’électro. « On y va doucement et on espère que notre musique plaira ! »

 

Ecouter le passage de Wada sur NC1ere dans l’émission « Passionnément »