Prends la parole l La fibre sociale de Yohan !

Tu les as peut-être déjà croisés dans ton quartier, dans ton bahut où lors d’événements ! Qui ? Les ambassadeurs de l’opération « Prends la parole », bien sûr ! Lancée depuis juillet, cette enquête te donne l’occasion de t’exprimer sur les sujets qui te tiennent à cœur. Parce que la parole des jeunes est importante pour faire évoluer les choses, exprime-toi ! Faisons la connaissance de Yohan De Geoffroy, l’un des 16 jeunes ambassadeurs qui viennent à ta rencontre.


La timidité ? Connaît pas. D’un naturel sociable et enjoué, Yohan De Geoffroy, 18 ans, n’a aucun mal à aller vers les autres et à s’exprimer en public. « Généralement, j’observe les personnes, leur attitude, leur style vestimentaire, et en fonction j’adapte mon langage, confie-t-il. J’essaie de les mettre en confiance. Et la plupart du temps, ça se passe bien !»

Tous les jeudis, il tient une permanence au collège de Kaméré pour expliquer la démarche de « Prends la parole ». « On aborde tous les sujets. Cela va de la scolarité, à l’emploi, la délinquance, le transport ou encore l’insécurité, la famille ou bien le sexe. En clair : c’est le jeune dans son environnement ».

Yohan prépare en amont une série de questions qu’il pose à ses interlocuteurs. Sa technique : « Je rebondis sur un propos pour inciter la personne à m’en dire davantage. Je lance un sujet par mots-clés. »  Il recueille ainsi les paroles de jeunes qu’il consigne par prise de notes pour ensuite faire un reporting de ses entretiens.

Formation des ambassadeurs de « Prends la parole » au CAP de Bourail en août 2017.

Une mission qui lui va comme un gant !

La fibre sociale dans la peau, Yohan confie : « J’ai toujours aimé aider les autres et les écouter.» Après un bac pro Service de Proximité et Vie Locale (SPVL) passé en 2016 au lycée Petro Attiti, le jeune homme décide de se lancer dans la vie active. « Je veux être utile à la société» lance-t-il déterminé. En recherche d’emploi, la MIJ lui propose une mission de six mois dans le cadre du service civique. Elle consiste à recueillir la parole des jeunes. L’objectif de cette enquête est de collecter des informations auprès des 12-30 ans résidents en province Sud. Les données récoltées permettront aux institutions de se faire une idée précise de leurs attentes, de leurs besoins mais aussi de leurs difficultés, ceci afin de mettre en place une politique jeunesse adaptée.

Yohan est l’un des 16 ambassadeurs du dispositif « Prends la parole ». Sa zone d’intervention est la commune de Nouméa qu’il partage avec Elvina Mai, son binôme. « On se voit chaque vendredi pour établir le planning et organiser nos déplacements. » Le duo se réunit lors des événements ou de grosses manifestations où des jeunes sont rassemblés. Mais le reste du temps, chacun gère ses interventions dans les quartiers, les établissements secondaires, les associations ou les maisons de quartier.

Cette expérience est un tremplin pour Yohan qui n’envisage pas son avenir autrement que dans l’assistance et le secours à autrui. « J’ai passé récemment le concours pour être pompier volontaire. Je n’ai pas encore les résultats, mais j’ai l’intention de passer aussi celui de la police nationale, » affirme-t-il. Parallèlement, il suit une formation pour être coach de badminton car Yohan est actuellement classé 4e joueur de badminton de Nouvelle-Calédonie et fait partie du top 100 Français. Il a participé cette année au championnat du monde de badminton par équipe en Australie. Depuis juillet, avec Elvina, ils ont déjà recueilli 118 paroles de jeunes. « Ma motivation est de contribuer à une action qui va aider la jeunesse ! »

Yohan tient une permanence au collège de Kaméré tous les jeudis.