Eclectique artistique Simane !

Break dance, hip-hop, slam et depuis peu théâtre, sa nouvelle passion, tout lui réussit ! On connaît Simane en tant qu’artiste pluridisciplinaire, mais peu savent qu’il a fait partie des premiers intervenants artistiques du Rex. Rencontre.


C’est au Rex que nous le croisons, en pleine inspiration… Waou Simane ! C’est quoi cette révolution capillaire ? « C’est pour le prochain court-métrage de Roland Rossero» révèle-t-il en écartant une épaisse frange, sur le front. « J’incarne un méchant ! ». Awa, toi en méchant ? On a du mal à t’imaginer. « Tu verras bien… » sourit-il mystérieux. « C’est la rencontre imaginée entre les premiers colons et les kanak. » On a hâte de voir ça !

Simane, c’est un peu notre James Brown à nous. Tout le monde se l’arrache. Pourtant celui qui a la rime et le rythme dans la peau avoue être un « grand timide ». Il est de ses rares danseurs calédoniens à pouvoir vivre de son art (avec entre autre, Yoan Ouchot). Cependant Simane n’oublie pas d’où il vient. « J’ai commencé par la danse traditionnelle kanak à Lifou. Puis, quand je suis arrivé à Nouméa, j’ai découvert le break dance. Je me suis ensuite ouvert à d’autres styles et d’autres disciplines artistiques. »

Simane devant le mur d’expression au Rex.

L’aventure continue…

Pour comprendre l’aventure du Rex, il faut remonter en 2005. « Avec des jeunes du quartier de Tuband, nous avons monté une association qui s’appelait Dragon Ball, se souvient Simane. Nous voulions à l’époque un espace pour nous entraîner. » Répondant à leur sollicitation, la mairie de Nouméa aménage le damier à la place des Cocotiers. Ce spot devient vite un lieu incontournable pour les battles en centre-ville.

Après sa formation d’intervenant artistique, il est sollicité par le Rex lors de son ouverture en 2009. Il enchaîne ensuite dans les établissements scolaires. Parallèlement, il participe à divers projets artistiques.

Simane est une figure familière du Rex« Je kiffe de danser avec les élèves que j’ai formé ! » En tant qu’ancien intervenant artistique du Rex, il a connu toutes les évolutions. « Pour moi la véritable révolution ce sont les filles ! Il y en a de plus en plus qui se mettent au hip-hop ! »

Des projets ? Le roi de l’improvisation n’en manque pas : « En 2017, je prépare un one man show qui mélange slam et hip-hop, un spectacle « Geste » avec des danseurs locaux. Ce sera ma première création ! Et je voudrais aussi sortir un album de slam avec 11 titres en collaboration avec le compositeur Loïc Bredolese. »