Une plantation qui coule de source !

300 jeunes se sont mobilisés toute la semaine dernière à l’Île des Pins pour replanter 800 arbres à des endroits où il y avait eu des incendies en 2015 et en 2016. Une opération d’autant plus importante que l’érosion des sols causée par le feu risque de faire couler du nickel, donc créer de la pollution, dans les réserves d’eau de l’île.


« Je suis fière d’avoir participé à cette plantation, parce que j’ai l’impression d’avoir apporté ma contribution au bien-être de notre nature, confie Fiona, 14 ans, en 3ème au collège de Vao. C’est important pour nous plus tard, il ne faut pas laisser la pollution détruire notre environnement ! La nature fait partie de nous !».

Aidés par les habitants de la tribu de Touete (où ont eu lieu les incendies), les élèves de l’Ecole Catholique de saint-Joseph et ceux du collège de Vao ont réussi à obtenir le soutien de la Mairie et des institutions comme l’Etat, le gouvernement et la province Sud, mais aussi des militaires pour mener à bien leur projet. Il faut dire que c’est une opération importante !

Préserver la ressource en eau

Petit cours de SVT pour mieux comprendre : les plantes (« la couverture végétale » si tu veux faire sérieux) ont un rôle très important quand il pleut, parce qu’elles filtrent et retiennent l’eau. Quand il y a un incendie, le sol se retrouve à nu, l’eau ruisselle et emmène avec elle des saletés (comme le nickel, qui est toxique) dans les captages, ces endroits où l’on stocke l’eau douce pour s’en servir après.

Alors le but de l’opération était de revégétaliser vite les zones brûlées pour les aider à reprendre leur rôle écologique et préserver la ressource en eau. « C’est important de lutter contre la pollution ! Comme on utilise cette eau, il faut qu’elle soit propre, sinon on risque d’attraper des maladies, » explique Cyrielle, élève de CM2.

Une pépinière au collège

Tu te souviens de Naiceriane, l’ambassadeur JDD 2016 de l’Île des Pins qui a créé une pépinière de plantes médicinales au collège ? Et bien il se joint au projet en proposant de faire pousser des plantes qui pourront servir à de futures revégétalisations. Bonne idée ! « C’est choc parce que je pense que ça va être utile, il y a encore trop de feux chez nous » déplore Fiona.

« Je suis content parce que c’est important pour notre île, et puis on pourra voir grandir nos arbres… plus tard on pourra dire que c’est nous qui les avons plantés ! se réjouit Naiceriane. Ici, au collège, tout le monde est motivé, dès qu’on a fini nos devoirs on va à la pépinière pour planter tous ensemble ! »

Bravo à tous !