Emma-Lou : passion Erasmus

Le film « L’Auberge espagnole » avec Romain Duris a appris un truc aux jeunes : Erasmus, c’est cool. En témoigne l’engouement autour du fameux programme de mobilité européen qui ajoute une touche de « professionnalisme » – et d’exotisme – au parcours universitaire. Emma-Lou Biset, étudiante en licence de droit à l’UNC, a fait Erasmus à Prague pendant six mois.


Son bac S décroché, Emma-Lou a une folle envie de métropole. Puis, c’est l’UNC qui lui ouvre les bras.  Alors pourquoi pas le droit ? Une chose est sûre, l’UNC : elle s’y plaît. Choisir un métier à 18 ans, autant chercher une aiguille dans une meule de foin. Inspirée et engagée, Emma-Lou s’intéresse à tout, enfin à peu près. Ses sujets de prédilection ? La politique et la cause des femmes. Elle part au Kenya s’essayer à l’humanitaire et se frotter à l’amélioration de la condition féminine. Se former en droit : c’est devenu une nécessité pour elle.

From Nouméa to Prague

La politique de mobilité de l’UNC est bien ficelée. Allier voyage et étude, Emma-Lou ne s’est pas posée la question très longtemps. L’UNC déclenche le plan : Erasmus. Prague. Oui, il fallait oser. Passer des jus de fruits frais aux boissons à base de houblon et de blé : pas banal. L’UNC choisit elle-même les parcours pour ses étudiants en mobilité. Emma-Lou a écopé des relations internationales : dans le mille ! L’environnement, les conflits internationaux et les enjeux de l’Union Européenne : c’est son dada.

Débrouillarde

Après un passage obligé dans une auberge de jeunesse (comme pour tout bon vieil étudiant Erasmus qui se respecte), Emma-Lou s’attèle à la recherche d’un nid. La chance lui sourit, un contact d’un agent immobilier français plus tard, la voilà en coloc avec deux françaises et une japonaise. Ce qu’elle retient du système universitaire tchèque : « L’autonomie, c’est de fait plus facile de s’adapter et de fournir le travail personnel en conséquence ».  Le travail par soi et pour soi.

Un prix à l’arrivée !

Crois-le ou pas : elle a été informée des résultats de son semestre au moment de la remise de prix par son département (le droit, toujours) à l’UNC ! Mieux vaut tard que jamais, tu me diras. Bam! Elle a pêché le gros poisson : le prix de la mobilité internationale (avec une moyenne supérieure à 13, s’il vous plaît). Dans le cadre de sa Licence 3, elle a choisi le droit privé. Pour la suite, entre poursuite d’étude et année sabbatique, son cœur balance. Le master oui, elle le fera, mais en Europe. Emma-Lou a un road trip à poursuivre.