L’apprentissage ? Pourquoi pas !

Se former tout en cumulant une expérience professionnelle, cette idée te séduit ? La semaine de l’apprentissage du 24 au 28 octobre a confirmé cette tendance. L’événement organisé par les trois chambres consulaires à Nouméa, Lifou et Pouembout a rencontré un vif succès ! Explication.

marine
Marine Martin

La salle d’honneur de la mairie de Nouméa est pleine à craquer ce jeudi 27 octobre. Un rapide coup d’œil permet pourtant de trouver ce qu’on recherche parmi les animations proposées. La foule s’agglutine devant l’espace recrutement où se déroule un job dating. Munis de leur CV, les candidats attendent leur tour. Marine Martin vient de passer deux entretiens. « J’ai présenté le concours d’entrée du BTS transport et logistique de la CCI. J’attends les résultats. Je suis venue pour trouver une entreprise pour ma formation  en alternance. » De son côté, Florine Wahoulo, accompagnée d’une amie, glane des informations qui peuvent lui être utiles. « Je viens de Bourail, confie-t-elle. J’ai obtenu mon bac pro secrétariat en 2015. J’aimerais faire le BTS assistante de gestion PME-PMI. » Laura Morini, une apprentie de première année de BTS transport et logistique lui conseille « tu devrais faire une lettre de motivation par  entreprise. C’est toujours apprécier ! »

florine-et-wasaia
Florine Wahoulo et Wasaia Mevin.

« Les avantages de l’apprentissage : l’expérience professionnelle et le salaire.
Les inconvénients : travailler tout en poursuivant ses études. Faire le lien entre l’entreprise et le centre de formation»

sem-apprentissage-5
Laura Morini (centre) donne des conseils aux postulants à l’apprentissage.

 

Une voie d’excellence !

« Longtemps, l’apprentissage était considéré comme une voie de garage. Ce n’est plus le cas aujourd’hui ! » souligne David Leclerc, responsable de la CCI Apprentissage. « Le niveau va du CAP au Bachelor. Actuellement, il y a plus de 30 métiers proposés dans des secteurs d’activités attractifs : commerce, industrie, service à la personne et à l’entreprise, transport-logistique, alimentation, santé, agriculture et bâtiment. » Et cerise sur le gâteau, ce mode formation garantit un taux d’insertion professionnelle de 80%. Soit plus de la moitié des apprentis sont embauchés par l’entreprise qui les a formés. « C’est la voie de l’excellence ! assure David Leclerc. Les apprentis ont du mérite car ils poursuivent un cursus de formation classique tout en travaillant ! »

steevensSteevens Saripane, 25 ans, 1ere année BTS transport logistique

« J’ai arrêté l’école à 16 ans, en 2006. J’ai commencé un CFA d’électricien mais je n’ai pas accroché. En 2012, j’étais préparateur de commande. C’est un travail qui me plaisait bien. Encouragé par mon ancien employeur, j’ai repris mes études pour obtenir un bac transport logistique que j’ai obtenu en 2015. C’était dur car j’avais arrêté ma scolarité. J’ai dû me remettre dans le bain pour reprendre le rythme scolaire. J’ai obtenu la mention bien au bac. C’est une fierté vu d’où je viens ! Cette année, j’ai entamé ma première année de BTS transport logistique. J’aimerais aller encore plus loin et peut-être même envisager une licence professionnelle. »

sem-apprentissage-2
Rencontre avec les entreprises au Job dating
sem-apprentissage-6
Témoignages de jeunes en apprentissage
p2190321
Waimo Hnageje teste la méthode de recrutement par simulation. « On m’a dit que j’avais du potentiel par rapport à ce teste mais honnêtement je ne sais pas quoi faire pour l’instant ! »

 

sem-apprentissage-4

 sem-apprentissage-3