Les signataires, c’est pour quoi faire ?

Tu as dû en entendre parler, à la télévision, à la radio… Aujourd’hui, jeudi 2 novembre, commence à Paris le 16ème comité des signataires. Mais, de quoi s’agit-il exactement ?  Tazar revient pour toi sur un élément important du paysage politique calédonien.


Tu l’as peut-être déjà remarqué en regardant les informations, il arrive que des politiciens calédoniens et des représentants de l’Etat français se réunissent à l’Hôtel Matignon (« the place to be » en matière de politique française). Ce sont ces réunions politiques, créées par l’accord de Nouméa, que l’on appelle le « Comité des signataires ».

Au programme, l’examen des grands sujets qui touchent au devenir de la Nouvelle-Calédonie et surtout la recherche d’un terrain d’entente entre les différents points de vue. Et ce n’est pas toujours chose facile ! Le comité des signataires, organisé par l’État, se tient théoriquement tous les ans et pas moins de quatorze comités ont déjà été convoqués par le gouvernement français depuis le premier en 2000.

Mais au fait, pourquoi « des signataires » ?

Un peu d’histoire pour mieux comprendre : ceux que l’on nomme les « signataires » sont en fait ceux-là mêmes qui ont signé l’Accord de Nouméa en 1998 à l’image de Rock Wamytan pour le FLNKS, Jacques Lafleur pour le RPCR ou Lionel Jospin pour l’Etat français. Depuis le premier « Comité » de nouveaux protagonistes y sont désormais membres (nouveaux membres des délégations des partis loyalistes et indépendantistes, mais aussi présidents des collectivités ou parlementaires locaux), avec toujours comme préoccupation première de faire avancer le pays dans une démarche commune et sereine.

Ce « comité des signataires » a été créé au sein même de l’ « Accord »   pour en être en quelque sorte « le gardien ». Les participants aux réunions ont pour fonction de veiller à ce que tous les points de l’accord soient pris en compte et de réfléchir ensemble aux meilleurs moyens de les appliquer concrètement. Voilà, maintenant tu sais tout !

 

Micro-trottoir

Pour toi, le Comité des signataires, c’est quoi ?

John, 18 ans :

John, 18 ans, Petro Attiti

« Je n’en sais rien du tout, j’en ai déjà entendu parler à la télé, mais comme on est jeunes on a pas l’habitude d’écouter ça. Ce n’est pas encore de notre âge, peut-être que l’on va comprendre un peu plus tard ».

.

Louise, 18 ans :

Louise, 18 ans, Grand Nouméa

« J’en entends parler à la maison, quand on regarde la télé, et de temps en temps en cours mais c’est rare. Je ne sais pas vraiment à quoi ça sert ni ce que c’est. »

Maxime, 15 ans :

Maxime, 15 ans, Lapérouse

« Je ne connais pas, je n’en ai jamais entendu parler ».