JDD l Incendie – « Nous ne nous laisserons pas décourager ! »

Désolant, affligeant, consternant… les qualificatifs ne manquent pas pour évoquer l’incendie volontaire qui a ravagé, dimanche 23 juillet, la parcelle de forêt sèche plantée par les jeunes du Forum Jeunesse et Développement Durable, sur le site de Tereka à Nouville. Au grand maux, les grands moyens, dès jeudi dernier, les associations Caledoclean et Mocamana ont organisé une nouvelle plantation pour remplacer la parcelle détruite.


Après la consternation, place à l’action ! Et elle n’a pas tardé à arriver ! Les faits remontent à dimanche 23 juillet. Un incendie a ravagé la parcelle de forêt sèche plantée par les jeunes du Forum JDD le 25 juin dernier sur le site de Fort Tereka, à l’occasion de la Fête de la Nature. Dès jeudi 27 juillet, les équipes de Caledoclean et de Mocamana ont organisé une plantation pour remplacer la parcelle, comprenant 150 plants, détruite par les flammes. Soit un demi-hectare de forêt…  « Peu importe le message que les auteurs ont voulu faire passer, réagit Thibault Bizien, le président de l’association Caledoclean. Le geste aura eu pour seule conséquence de détruire le travail des bénévoles à la restauration de la forêt et des paysages de Fort Tereka. »

Rappelons que la forêt sèche est la plus menacée au monde, et qu’il ne reste aujourd’hui plus que 2% de la surface initialement présente en Nouvelle-Calédonie. Parmi les arbres détruits par cet acte inconscient, on retrouve des espèces menacées de disparition mondiale classées sur la liste rouge par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). « A chaque fois que nos arbres et nos forêts brûlent, c’est une partie du patrimoine des Calédoniens et de la culture kanak qui disparaît ! », met en garde Thibault.

« Cela ne nous a pas découragé pour autant ! »

Munis de pelles et de pioche, les bénévoles ont donc entrepris le remplacement des arbres détruits. Crotons, insularis, Psydrax et chêne gris. 100 pieds ont été plantés à nouveau. « C’est une façon symbolique de rappeler que notre engagement bénévole ne sera pas freiné pour autant et que nous continuerons d’œuvrer pour l’environnement et le patrimoine naturel de notre pays », tient à préciser Thibault. Quant à l’auteur de l’incendie, le président de Caledoclean a message à lui faire passer : « S’il souhaite nous interpeller, nous l’invitons à le faire directement plutôt que par la destruction d’un patrimoine commun. » Voilà qui est dit !

 

 

 Photos : Thibault Bizien Caledoclean