Un Job d’été pas comme les autres

Souvent synonyme de première expérience professionnelle, un Job d’été correspond rarement à une vocation. C’est avant tout un moyen de gagner de l’argent de poche tout en se frottant au monde du travail. Kennie Chapuis est pourtant un contre-exemple. Etudiante en master biodiversité des écosystèmes aquatiques, son job lui ouvrira, peut-être, les portes du métier de ses rêves.


Kennie a déjà 7 ans d’études universitaires derrière elle. A 25 ans, elle sait ce qu’elle veut après avoir hésité longtemps. « La biodiversité m’a toujours attirée mais c’est un domaine qui est vaste, avoue-t-elle. En tant que Calédonienne, j’ai grandi au milieu de la nature. C’est peut-être de là que vient ma sensibilité pour l’environnement ! »

Après le bac, elle se lance dans un DUT génie biologique, à Digne-les-bains. Elle enchaîne avec une licence pro métiers du diagnostic de la gestion et de la protection des milieux naturels, à Besançon. Retour ensuite sur le Caillou où Kennie poursuit en master sciences pour l’environnement. « Je me suis spécialisée dans la biodiversité tropicale pour pouvoir travailler dans la protection de l’environnement. » Afin de valider ce master, elle doit effectuer cette année un semestre hors du territoire. Elle choisit La Réunion et s’inscrit par la même occasion à un deuxième master. « C’est en quelque sorte, une année 2 en 1 car je valide à la fois mon master 1 à l’UNC, et j’obtiens mon master 2 en biodiversité des écosystèmes tropicaux, à La Réunion. » Pour compléter ce master 2, un stage de 6 mois est obligatoire. C’est important pour Kennie d’accomplir ce stage pratique en Nouvelle-Calédonie. La chance lui sourit quand elle reçoit une réponse de la direction de l’Environnement de la province Sud. « Mon rêve est de devenir gestionnaire d’aire protégée. Je ne pouvais pas espérer mieux que cette opportunité ! » On lui offre un Job d’été, en période d’essai. S’il est concluant, elle poursuivra son stage de longue durée, à la direction de l’Environnement.

Un défi ambitieux

Kennie a débuté son Job d’été le 9 janvier. Sa mission : préparer une réunion de lancement de la réserve de la Fausse passe de l’île Verte, à Bourail. « Je dois créer un support de présentation avec des arguments scientifiques pour convaincre les acteurs et les usagers du site : plaisanciers, pêcheurs professionnels et aussi institutions, de la nécessité de faire de cette zone une réserve protégée. » Ce lieu abrite de nombreux poissons récifaux. Cette mission est totalement dans ses cordes. Kennie enchaînera à la fin du job d’été, son stage pour valider son master 2. Une mission passionnante qui sera également un défi pour la jeune femme. « Le comité de gestion de la Zone Côtière Ouest a sollicité la Province, une étude pour réaliser un répertoire cartographique des aires marines coutumières. Autant je connais bien la cartographie, autant l’aspect anthropologique de la mission est quelque chose de nouveau pour moi. Je dois aller à la rencontre des gens, discuter pour apprendre à mieux connaître leur habitudes sur le littoral et dans le lagon.»

Ce stage lui apportera des atouts précieux pour l’avenir. « Cela me permettra de compléter mes compétences et de développer mon relationnel avec la communauté coutumière. Ce qui j’espère me servira quand je chercherai un emploi ! »